• Etre les ambassadeurs de la Chanson française...C'est le concept de la "chanson animée" qui vaudra aux premiers COMPAGNONS DE FRANCE devenus COMPAGNONS DE LA MUSIQUE dès le mois d'octobre 1941 de trouver leur voie, celle qui, profitant du coup de main d'Edith PIAF permettra à certains d'entre eux d'être par la suite encore plus connus sous le nom de COMPAGNONS DE LA CHANSON. Mais, ce que l'on sait moins, c'est qu'un bulletin conçu par Guy BOURGUIGNON : « Positions » définissait dès 1946 les concepts auxquels étaient sensibles les nouveaux COMPAGNONS... DE LA CHANSON.

    On était alors au sein du groupe sensible au travail mené en commun et à une vie commune, à l'existence d'un idéal précis, savoir la chanson. La tournée entreprise aux Etats-Unis était ressentie comme le moyen pour eux de diffuser le plus largement possible le rayonnement de l'art Français et d'être en quelque sorte les ambassadeurs de la Chanson française. Il n'était pas question pour eux de se réclamer de l'art populaire ou d'être considérés comme des représentants de la culture populaire. Parce qu'ils pensaient que ces termes prétentieux cachaient bien souvent de la marchandise frelatée ou du mépris pour le peuple et que leur travail était plus un travail d'artisans qu'un travail d'intellectuels. Un des extraits repris dans Positions montre d'ailleurs bien l'état d'esprit qui prévalait alors au sein du groupe. Ils étaient tous convaincus qu'une équipe ne pouvait se développer que dans la mesure où ses activités étaient axées sur un travail commun correspondant à un idéal précis. Qu'on en juge : « Chacun de nous a sa personnalité, son interprétation, ses boutades, chacun de nous peut trancher sur les autres à tel ou tel moment. Mais chacun de nous ne vit que par les autres, ne vit que dans l'ensemble, ne vit que pour l'équipe. Nous pouvons être tentés de secouer ce joug, de le limiter à la scène, de vivre individuellement, et périssez les autres. Mais justement non, les autres ne peuvent pas périr car l'équipe périrait elle aussi et nous avec elle, et nous avec eux. Alors, c'est notre vie qui est en équipe et pas seulement nos chansons. Et voilà pourquoi nous sommes Compagnons.»

    Cette orientation signée Guy BOURGUIGNON donne le sentiment qu'il existait bien au printemps 1946 une stratégie différente de celle que PIAF a ensuite suggéré à ses jeunes élèves de suivre. Il aura donc fallu qu'elle se montre persuasive en leur proposant de participer avec eux au premier titre marquant l'adoption d'une nouvelle ligne : Les trois cloches.

    POSITIONS, le document de Guy BOURGUIGNON que nous avions patiemment reconstruit pour qu'il puisse être proposé avec le portrait de son auteur à l'hiver 2013 lors de la dédicace de Tulle est toujours disponible chez DECAL'AGE PRODUCTIONS éditions.

    (Extrait d'un document publié dans l'ouvrage à paraître de Christian FOUINAT,
    LES COMPAGNONS DE LA CHANSON : des marchands de bonheur, allez savoir pourquoi !
     


    votre commentaire
  • Pourquoi ne dirait-on pas, les uns et les autres, à l'aide de témoignages, en nous aidant de coupures de presse et d'illustrations, voire de photographies ou de documents, nous qui appréciions encore aujourd'hui les Compagnons de la Chanson, de quelle façon est née en nous cette passion pour eux et comment nous sommes "tombés dans la marmite Compagnons" ?...

    Cette marmite Compagnons qui a toujours été le gage d'une excellente cuisine, Christian FOUINAT, lui, il y est tombé tout gosse. A l'âge de onze ans très exactement. Répondant à une invite de sa maman originaire d'une région ensoleillée, cet ancien dessinateur en poste dans un bureau d'études parisien se souvient avoir découvert par un bel après-midi, avenue de Wagram à Paris, neuf prestidigitateurs qui lui ont inoculé ce jour-là une sorte de virus dont il avoue ne pas souffrir plus que ça. C'était en 1956 ! Contrairement à d'autres vacheries, ce virus aurait même des vertus apaisantes et curatives. A l'entendre, une alchimie née autour de la méditation de Thaïs de Jules MASSENET et d'un Roi Dagobert, véritable réussite scénique ! A coup sûr, comme l'a si bien dit Jean BROUSSOLLE, évoquant tante Estelle et son violon, "ce petit devait avoir de l'oreille et, bien qu'il soit encore enfant, un beau tempérament !" Surtout pour percevoir le message que portait ces neuf hommes en chemise blanche et pantalon bleu.

    Comment peut naître une passion ? Et comment l'ont-ils vécue tous ceux qui ont accepté de témoigner de cette passion nouée au contact des Compagnons ? Que leur en reste-t-il encore aujourd'hui, plusieurs années après que la formation ait cessé de se produire ? Il aura fallu à Christian, retraité près d'Annecy, pas loin de quatre années de rencontres parfois surprenantes avant que ce projet de collecte de témoignages prenne forme et que l'idée née à Lyon à l'automne 2002, au moment de l'inauguration de la Place des Compagnons de la Chanson, devienne exploitable et qu'il en envisage d'en faire un ouvrage. Il faut d'ailleurs entendre Christian vous parler des Compagnons et évoquer ce qu'il aime en eux pour aussitôt comprendre ce que sont les valeurs qui gravitent autour de tout cela et auxquelles il est sensible : la solidarité, la camaraderie et l'amitié entre les gens, le partage. Si tous les gars du monde voulaient bien se donner la main... chantaient-ils...

    « les Compagnons de la Chanson : des marchands de bonheur, allez savoir pourquoi » est aussi un hommage qui évoque l'une des plus belles pages de la Chanson française et, au travers d'images et de témoignages, le fabuleux parcours de neuf enchanteurs qu'Edith PIAF avait choisi d'aider. C'est aussi un ouvrage qui prend ici, on l'aura compris, un ton particulier puisque ce sont des passionnés des Compagnons qui, s'exprimant avec émotion, montrent toute l'étendue de ce que leur ont légué seize marchands de bonheur sur près de quarante années. Un florilège de documents et d'illustrations quelquefois inédites complètent le recueil que deux Compagnons, et non des moindres, ont accepté de soutenir d'une courte préface : René MELLA et Marc HERRAND auxquels devrait se joindre bientôt un troisième larron.

     

    A noter que la souscription lancée voici quelques semaines va se terminer dans les prochain jours. S'agissant d'un premier tirage en nombre limité, prenez donc vos précautions si vous ne l'avez pas encore retenu !

    Si vous demeurez au Canada, en Afrique, ou plus généralement à l'étranger, prévoyez pour que nous puissions vous adresser l'ouvrage souscrit, une participation aux frais d'envoi suffisante et, dans l'hypothèse d'un règlement libellé en devise étrangère, de nous interroger pour que nous vous communiquions le tarif de souscription en devise étrangère concernée.


    votre commentaire
  • Un autre soutien de choix avec Marc Herrand !

    Après René MELLA, c'est un autre grand nom du début des Compagnons : Marc HERRAND (en photo ci-dessus avec son épouse Yvette GIRAUD) qui vient de nous faire l'amitié d'écrire quelques lignes dans l'ouvrage conçu sous la direction de Christian FOUINAT : LES COMPAGNONS DE LA CHANSON, des marchands de bonheur, allez savoir pourquoi ! dont la sortie est prévu pour Octobre prochain. Tout en réservant deux exemplaires de notre future production !

    Comme il le dit dans ces quelques lignes qui viennent de nous être adressées, bien plus à titre de clin d'oeil amical que de préface, Marc HERRAND souligne que "la décade prodigieuse" qu'il a vécue aux côtés des Compagnons de la Chanson entre 1942 et 1952 aura été, je le cite : « Une époque de camaraderie, de bohême, de gaieté et de rires. Une époque de travail acharné, sans complexe, avec une foi  inébranlable en l’avenir car nous voulions conquérir le monde. Une époque où nous avions chacun notre prénom et un nom de famille commun : Compagnon de la Chanson. Une époque qui, sans conteste, a marqué ma vie car j’y ai laissé une part de moi-même ».

    Nous en profitons pour rappeler à tous ceux qui ne l'ont pas encore fait, qu'ils peuvent toujours réserver cet ouvrage en souscription mais sans perdre de temps car l'opération doit s'achever à la fin du mois. Il serait dommage que l'impression de cet ouvrage réalisée en nombre limité provoque une rupture de stocks due à un soudain afflux de demandes dès sa publication... Un bulletin de souscription est téléchargeable que vous trouverez sur la droite au bas de cette page d'accueil que vous pourrez ensuite nous adresser avec votre règlement à : DECAL'AGE PRODUCTIONS Editions, 6 place du Général Leclerc 24000 PERIGUEUX (FRANCE). Nous vous rappelons également que nous nous efforcerons de répondre dans les meilleurs délais à toutes les demandes de renseignements qui nous seront faites sur : decal-age.productions@laposte.net 


    votre commentaire
  • Un véritable tabac sur Europe 1...

    « Vendredi matin 29 juin sur Europe 1 : Jacques Pradel s'apprête à recevoir Fred Mella la voix des Compagnons de la Chanson qui se sont séparés voici une vingtaine d'années et qui sont restés o combien présents dans le coeur de leurs admirateurs. Pour quelle raison le monde du spectacle les a-t-il ainsi mis "aux oubliettes" alors qu'ils ont contribué à écrire l'une des plus belles pages de la chanson française après avoir été lancés par Edith Piaf. Les admirateurs restés nombreux ne comprennent pas cette "omerta" media. Ils la comprennent d'autant moins que tous les produits Compagnons continuent à s'arracher et qu'ils continuent à susciter de l'audience. Jacques Pradel peut en témoigner. Un site Internet vient d'être créé et après la sortie du livre de Fred Mella, les admirateurs, à leur tour, vont sortir le leur ! Pour rendre hommage à ces hommes, puisqu'on ne veut plus parler d'eux !
    C'est au nom de cette rebellion pacifique que nous allons multiplier nos initiatives dans les prochaines semai-nes ».

    Cet appel vient d'être adressé à L.C.I (La chaîne info) hier, mardi matin 3 juillet car c'est un fait. A Europe 1, le 29 juin dernier Fred MELLA a fait un véritable tabac ! Et, Jacques PRADEL l'a même laissé parler sans l'interrompre tellement il avait de choses à dire notre soliste. Pensez donc 75 minutes au lieu des 2 fois cinq minutes "généreusement" accordées par DRUCKER en deux ans ! J'ai même la conviction que les courbes d'audience d'EUROPE 1 ont fait boom tellement les auditeurs étaient nombreux ! 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires