• A propos du DVD des Compagnons...

    DVD 2014 Le programme  

    Soyons sport, peu y croyaient à la sortie de ce DVD et, voulez-vous que je vous dise, nous en faisions partie ! Ne soyons pas hypocrites ! Face à un défaut flagrant de stratégie d'image après le renoncement de Jean-Louis, nous avions assisté à une telle surenchère des droits audiovisuels au cours des derniers mois, entre 2009 et 2013, surenchère expliquant d'ailleurs la raison de la disparition de la toile de la plupart des extraits image hébergés par Youtube ou Dailymotion, que, pour nous, les carottes étaient cuites... Aussi, quand MARIANNE MELODIE a annoncé, fin février, en liaison avec l'anniversaire de Fred MELLA, qu'un DVD des COMPAGNONS DE LA CHANSON allait sortir, les bras nous en sont tombés ! Il s'était passé tellement de temps depuis la sortie avortée du DVD mitonné par RYM MUSIQUE au printemps 2007 et du décès du patron des lieux... Certes, me direz-vous, le réalisateur Claude VERNICK avait déjà produit un autre DVD sur la tournée au Canada 1966 des Compagnons sorti chez LHARMATTAN VIDEO, mais sans un battage équivalent et avec bien moins de durée d'écoute. Depuis sa sortie en mars 2014, vous êtes sûrement déjà quelques-uns à avoir découvert ce DVD exceptionnel (verso du document en tête d'article), mais il ne me semblait pas superflu d'y consacrer un article. D'autant que c'est, et il faut le souligner, du très bon travail ! Et que le seul regret que je pourrais avoir pour n'avoir jamais eu le bonheur d'assister à une représentation des COMPAGNONS DE LA CHANSON, c'est la maigre proportion des sketches repris sur ce document unique. J'aurais apprécié, c'est vrai, davantage d'extraits consacrés à des bijoux comme Les perruques ou Les Ecossais, voire surtout à quelques autres merveilles comme Jour de fête en Louisiane !  

    Cela étant, ce document mérite largement l'intérêt qu'on lui prête. Et il le mérite d'autant plus grâce à la présence d'extraits d'émissions culte qu'on risque de ne plus revoir à la télé. Je pense particulièrement à des émissions comme Discorama de Denise GLASER, les 36 chandelles de l'inoubliable Jean NOHAIN, L'école des vedettes d'Aimé MORTIMER, voire ces Joie de vivre consacrés à des vedettes comme Gilbert BECAUD ou d'autres grands de la Chanson française. Alors qu'on rediffuse aujourd'hui quantité d'inepties qui n'y ont pas leur place ! Certes DRUCKER et Guy LUX se sont taillés la part du lion dans cet enregistrement et cela n'est guère étonnant, mais c'est secondaire ! Encore que cela aurait été sympa de ne pas oublier des légendes comme Albert RAISNER et l'un des seuls qui a continué à jouer le jeu après 1985, je veux parler de Pascal SEVRAN ! Je ne saurais dire combien de fois Fred MELLA, en digne représentant des COMPAGNONS DE LA CHANSON, a été invité dans La chance aux chansons, ni combien de fois les COMPAGNONS l'ont été dans Age tendre et tête de bois ou dans Têtes de bois et tendres années ? J'ai également éprouvé beaucoup de plaisir à revoir l'interprétation d'airs qui sont régulièrement absents de la mémoire collective comme Peggy'o ou Tom Dooley. Heureusement que des extraits ont pu être prélevés lors de la diffusion d'émissions comme Lumières du music-hall ! L'interprétation de Peggy'o avec un Guy BOURGUIGNON confortablement installé dans un fauteuil relax et se basculant, et un Jean-Pierre CALVET au sommet de son art avec son banjo, est à ce titre un véritable régal. Et que dire de cet extrait où l'on voit les COMPAGNONS aux côtés de Georges VAN PARYS interpréter quelques morceaux de leur opérette Minnie Moustache en 1956... Autres extraits dignes d'intérêt, ceux d'une émission diffusée chez DRUCKER le 9 juin 1984 qui n'étaient pas dénués d'intérêt. En interprétant Un adieu, ce n'est pas un adieu, GASTON, avec ses hochements de tête coutumiers, devait déjà penser à ce qui se préparait et qu'il dénoncera dans l'ouvrage qui paraîtra deux ans plus tard. Car enfin, cet adieu en était bien un ! Dans cet extrait, on peut apercevoir le remplaçant de Jean-Pierre CALVET : Paul MERY, un homme qui restera une éternelle énigme pour nombre d'entre nous, ce qui est bien regrettable. On le voit au synthétiseur aux côtés d'un dixième homme à la guitare. Et que dire de l'entretien de Charles TRENET et Jean BROUSSOLLE autour d'un piano et d'un Temps des étudiants d'enfer avec Maxim SAURY, Claude LUTER et... Christian MORIN, au temps où il faisait partie des gloires montantes d'Europe 1.

    Les yeux de ma mère Marc accordéonQue l'on ait pas oublié les glorieux anciens comme Marc HERRAND à l'accordéon dans l'extrait repris et Paul BUISSONNEAU (photo ci-contre) en les retrouvant dans Les yeux de ma mère est, pour conclure, à souligner. 

    Bravo en tout cas aux producteurs et à ceux qui se sont investis dans ce projet et, merci ! Merci à eux au nom de tous les admirateurs qui ont dû apprécier ce document ! Silencieusement et sans se manifester ! MARIANNE MELODIE aurait indiscutablement mérité d'en vendre beaucoup plus, ce qui nous aurait permis de pouvoir avoir la chance de visionner, sans trop attendre, le film de notre ami Guy BOURGUIGNON : 40.000 km avec les Compagnons. Mais enfin... Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir ! 

    Louis PETRIAC 

    « Une vidéo inédite qui nous vient de Belgique !30 octobre 1947... Voici 67 ans, les Compagnons étaient à New-York ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :