• Les COMPAGNONS DE LA CHANSON le chantaient en 1963 : Les roses rouges sont fanées. En ce jour de commémoration d'attentats qui avaient fait beaucoup de victimes il y a un an, le lien était tout trouvé qui rappelle une bien triste réalité. Mais si j'interviens aujourd'hui à nouveau c'est aussi pour vous prévenir de la sortie la semaine prochaine de l'ouvrage hommage consacré à nos amis CALVET et BROUSSOLLE. Je sais que beaucoup d'entre vous ne suivront pas cette nouvelle proposition, ce que je regrette profondément, et cela m'a valu de m'exprimer à ce sujet, tout en m'adaptant à cette situation pour le moins démotivante ! Essayons de nous souvenir de ce qui a marché, pour le reste...

    Bonnes fêtes de fin d'année à tous ceux qui nous ont soutenu toutes ces années comme aux autres !

    Louis PETRIAC


    6 commentaires
  • Au moment où nous nous apprêtons à finaliser notre dernier ouvrage consacré à Jean-Pierre CALVET et Jean BROUSSOLLE, le duo magique des Compagnons de la Chanson, il ne nous semblait pas superflu de revenir sur un document rédigé de main de maître par le regretté Jean BROUSSOLLE.

    Cette photo prise par Paris-Match et que l'on a ensuite retrouvée dans maints et maints périodiques a fait le tour du monde et certains médias se la sont même arrachée ! Il y avait de quoi car c'est lors de ces pauses-dîner que l'idée est venue à Jean BROUSSOLLE de composer son fameux : Le Compagnon en tournée !

    Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas ce qu'il ne faut pas hésiter à qualifier de monument de créativité et de drôlerie, voici ci-dessous la version PDF de ce Compagnon en tournée vu par Jean BROUSSOLLE ! Pour en tirer le meilleur parti possible et un confort de lecture optimal, nous vous engageons à régler le pourcentage de vision du document affiché sur votre écran d'ordinateur.

     

     


    3 commentaires
  • Je pars avec le sentiment d'avoir contribué... un peu à quelque chose !Mars 2007... Cette date restera longtemps comme l'explosion de quelque chose. Quelque chose que je souhaite garder au fond de mon cœur et lié à tant et tant de choses !

    Hélas, ces choses ont bien changé et ce merveilleux état d'esprit qui nous permettait de repousser tous les problèmes quand il s'en présentait a vécu. Qu'ajouter de plus sinon l'âge et quelques ennuis de santé depuis quelques mois répétitifs et d'autres, plus matériels, qui ne facilitent guère le combat que j'avais cru important de mener et qui prendra la forme d'un ouvrage à paraître au début de l'année prochaine.

    C'est sûr, vous allez tous me manquer. Vous me manquiez d'ailleurs déjà quand, fatigué, j'avais quitté quatre années durant le navire, incapable de conduire au printemps 2010, et l'animation d'un tel site comme celui-ci et, parallèlement, la conception de cette biographie à laquelle je tenais et rendant hommage à ces COMPAGNONS que nous aimons. C'est le meilleur que je vous invite à conserver de ce que nous avons bâti ici. N'hésitez pas à en user et en abuser en faisant dérouler les pages de ce site que j'avais complètement dû reconstruire au printemps de l'année dernière après l'avanie Over-blog en y sacrifiant des heures et des heures.

    Bon vent à tous et vive les COMPAGNONS ! Je vous embrasse !

    Louis PETRIAC


    16 commentaires

  • Je t'appartiens - gilbert bécaud par damienmailis

     

    Avec tes emportements, et cette main effleurant ta joue, avec cette diction parfaite et ces impatiences qui faisaient de toi le Monsieur 100 000 volts que tu as fini par devenir avec le temps, oui Gilbert, qu'est-ce que tu nous manques ! Au point que nous ne pouvons nous empêcher d'avoir une pensée pour ce jour d'octobre 1955 qui t'avait vu lancer à Jean BROUSSOLLE ce "Alors Jean, ça vient ? Raconte !" alors que vous vous étiez arrêtés dans cet hôtel à New York. Une impatience qui vous permettra à tous les deux de créer cet inoubliable Alors raconte. 

    Ce Je t'appartiens appartenant à la magie DELANOE rejoindra la liste des succès que les COMPAGNONS DE LA CHANSON t'emprunteront. Et personne ne s'en plaindra !

    Louis PETRIAC


    2 commentaires
  • Germaine...En entendant cette chanson, certains se souviendront de l'édition d'un Aujourd'hui Madame diffusé aux premières heures de la deuxième chaîne d'une autre époque, à un moment où elle n'était pas encore devenue Antenne 2. C'était en 1970 et le pauvre Guy BOURGUIGNON venait de disparaître... C'est l'une des présentatrices de l'émission, une certaine Alexa aux côtés de Jacques GARAT qui avait bien voulu, le temps d'une chanson, se transformer en Germaine pour donner la réplique aux COMPAGNONS. Après que ceux-ci eurent répondu aux questions de quatre téléspectatrices et à leur épouses.

    Un grand moment de franche gaieté.


    2 commentaires
  • 11 août 1984 Vaison-la-Romaine... Un grand absent : Jean-Pierre Calvet !

    Quelques semaines plus tôt, Jean-Pierre CALVET avait dû s'arrêter alors que depuis quelques mois déjà il trébuchait avec de plus en plus de mal à se rétablir. Mais sans que l'on sache encore qu'il était atteint par une polynévrite, un mal sournois qui s'attaque aux aptitudes motrices d'un individu et que nous évoquons dans le prochain ouvrage que nous avons choisi de consacrer à Jean-Pierre CALVET et Jean BROUSSOLLE.

    A Vaison-la-Romaine, le 11 août de cet été chaud, voici un peu plus de 32 ans, alors que les COMPAGNONS DE LA CHANSON poursuivaient leur tournée d'adieu avec cette magnifique affiche vert espérance, René MELLA aura quelques mots pour regretter l'absence de Jean-Pierre. Jamais, on aurait imaginé !


    1 commentaire
  • Les Compagnons avec leurs admirateurs...

    Exemple de plus des multiples échanges des COMPAGNONS DE LA CHANSON avec leurs admirateurs ! Ici, celui de Fred MELLA avec notre ami suisse Roger ZBINDEN à propos d'une photo aperçue dans un magazine qui avait valu au soliste d'apparaître sans qu'il en ait été averti ! Un document prélevé dans l'ouvrage hommage de Christian FOUINAT publié en décembre 2007.


    1 commentaire
  • 3 août 2014... Nous perdions une amie !

    3 août 2014... Nous perdions une amie !Comment pourrions-nous oublier ce visage qui respirait l'amitié ? Le 3 août de chacune des années, nous aurons donc une pensée pour notre Yvette et nous nous rappellerons qu'une amie disparaissait avec elle voici déjà deux ans ! Au grand désespoir de celui pour lequel elle représentait tant de choses ! Car Marc et Yvette, les éternels amoureux de la Chanson française symbolisaient une union comme il en existe peu entre deux êtres ! Nous l'avions baptisée Mademoiselle Hortensia, du nom de l'un des succès qui l'avait révélée à un large public, un surnom qui lui allait tellement bien !

    Nous n'oublierons pas non plus que lors du lancement de nos premiers ouvrages et de cet hommage aux COMPAGNONS DE LA CHANSON en déc. 2007, elle avait répondu présent à notre invitation, venant dédicacer avec son époux Marc cette Route enchantée qui était la leur ! 


    3 commentaires
  • septembre 1943... Alfredo Mella découvre ce que sera son univers !Si l'on veut mieux comprendre quel a été l'univers de ces COMPAGNONS DE LA MUSIQUE  qui auront donné naissance aux COMPAGNONS DE LA CHANSON en février 1946, il n'est pas inutile de découvrir ce que ces garçons ont, tout à tour, découvert entre 1941 et 1945. Fred MELLA, encore connu en septembre 1943 sous le nom d'Alfredo MELLA, n'est pas le dernier à avoir dépeint cet univers dans Mes maîtres enchanteurs, l'autobiographie qu'il a publié chez Flammarion en 2006.

    Je partageais, écrit-il dans cet ouvrage, ma chambre avec Guy, un garçon dégingandé, maigre à faire peur, avec un regard noir tempéré toutefois par un sourire amical et armé d'une dentition proéminente. Lolo (1) l'avait connu lorsqu'il était animateur à Jeunesse et Montagne, organisme qui, avec les Chantiers de jeunesse, prenait en charge les jeunes en âge de partir au service militaire. Guy était passionné de théâtre et sortait d'un stage chez Yves JOLY, l'un des Comédiens routiers de Léon CHANCEREL. Yves, un manipulateur de génie, avait été le créateur d'une compagnie de marionnettes. Chez les Comédiens routiers, il s'était trouvé le condisciple d'Olivier HUSSENOT et Jean-Pierre GRENIER, fondateur plus tard de la compagnie qui portera leur nom... Là bas défilèrent des personnalités telles qu'Yves ROBERT ou Jean ROCHEFORT. Il faut dire qu'ils avaient été formés à bonne école puisque Léon CHANCEREL était lui-même un disciple de Jacques COPEAU chez qui, en compagnie de Louis JOUVET, Charles DULLIN et bien d'autres grands noms, il avait appris son métier d'homme de scène.

    Guy faisait partie des basses. Sa vois peu timbrée ne pouvait guère rivaliser avec celle de CHALIAPINE qui avait une profondeur saisissante. Mais il n'empêche que j'ai encore dans l'oreille cette non-voix car en plus, comme il était grand fumeur, il était par conséquent grand tousseur. Nous fûmes rapidement tous les deux intégrés à l'équipe de scène en même temps qu'Hubert qui n'avait finalement pas rejoint les Chantiers de jeunesse et qui retrouvait donc sa place dans l'équipe.

     

    (1) Jean-Louis JAUBERT 


    1 commentaire
  • 1973... GASTON venait d'arriver chez les COMPAGNONS DE LA CHANSON ! Un jour ou l'autre fait partie de ces chansons de face B tombées dans l'oubli que notre ami Bruno MALLET a remis au goût du jour en la complétant d'une illustration qui tombe fort à propos !


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique