• Avec Piaf, un marketing sans faille...

    Avec Piaf, un marketing sans faille...

    Si les COMPAGNONS DE LA CHANSON ont pu parvenir assez rapidement à tirer leur épingle du jeu, c'est grâce à Edith PIAF. Pas seulement pour les avoir aidé au plan pécuniaire, c'est vrai, mais aussi pour avoir veillé avec minutie à une parfaite organisation des spectacles et des passages média (radio, journaux et autres). Ainsi en est-il du film très vite tourné au début de l'automne 1947 : 9 garçons, un cœur, et juste avant leur départ vers les States. Un film qui, ne le cachons pas, avait surtout été tourné à but publicitaire et non pour participer à une œuvre de tout premier plan. Et ainsi en est-il également de leur prestation au Gala de l'Union des Artistes organisé le 10 avril 1948 quelques jours après leur retour des Etats-Unis et cette formidable première tournée américaine. 

    Avec Piaf, un marketing sans faille... Organisée au Cirque d'Hiver à Paris, ils s'y montreront accompagnés d'Edith. Juste après avoir fêté avec elle en mars leur deuxième année de collaboration. Déjà en juin 1947, neuf mois plus tôt (photo ci-dessus), ils étaient apparus avec elle à l'Opéra de Paris pour le Bal des Petits lits blancs. Cette nouvelle apparition d'avril 1948 leur vaudra de faire longtemps la une de l'ensemble de la presse avec une photo que personne n'a oubliée (ci-contre) et qui les montre en smoking aux côtés de la grande chanteuse.

    Celui qui habillera d'autres grandes célébrités comme les actrices Ava GARDNER, Greta GARBO et Rita HAYWORTH, le célèbre couturier Jacques FATH avait créé pour l'occasion une magnifique robe du soir en mousseline qui, reconnaissons-le, seyait à merveille à Edith. Une photo qui sera ensuite considérablement utilisée au plan média, mais hélas, comme pour beaucoup d'autres documents, mal à propos ! On verra même cette photographie symboliser la première rencontre du printemps 1944 au gala des Cheminots des COMPAGNONS DE LA CHANSON avec leur bienfaitrice ! Avec un "Tout a commencé ce jour-là" qui apparaîtra même dans l'un des programmes des années CHANFREAU. Ce qui est d'autant moins exact qu'en avril 1944, Paris était encore occupé par les Nazis et que manger à sa faim demandait des trésors d'ingéniosité. Sans oublier que Louis LIEBARD n'avait pas le premier sou qui lui aurait permis de louer de telles tenues pour ses jeunes élèves.

    On notera que le "Comédie Française en 1944 ou Gala de l'Union des Artistes de 1948" figurant en blanc au bas du document a été rajouté par nos soins pour tenter de faire rectifier ce qui circulait encore et qui était trompeur ainsi que pour les besoins d'un précédent article.

    « L'autre René de la bande, le 10ème CompagnonAutour de la Chanson de Lara... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    corailler
    Samedi 16 Mai 2015 à 12:05
    Merci pour le sujet. Excellent !!
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 16 Mai 2015 à 16:02

    Bonjour Michel ! Qu'Est-ce qu'on a découvert d'intéressant autour d'Edith et de ceux qui adoraient cette grande chanteuse !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :