• Dans l'univers des Compagnons, elles auront compté...

    Dans l'univers des Compagnons, elles auront compté...

    Une enfance difficile mais heureuse... C'est du moins de cette façon que Madeleine ROBINSON définissait ses premières années vécues au Pré-Saint-Gervais dans la banlieue parisienne. Pour la comédienne qui aura partagé trois ans durant la vie de Jean-Louis JAUBERT, s'ils étaient avec les siens, pauvres, ils n'étaient pas malheureux, pas miséreux. Avant guerre, Paris et sa banlieue étaient même encore des endroits où il faisait bon vivre, où l'on appréciait encore un certain calme. Un calme qu'elle aura l'impression d'avoir retrouvé près de Lausanne, en Suisse, quand elle prendra la décision en 1967, de quitter la France et Paris, lassée d'être mal perçue par quantité de médias. Révélée par un film de Jean GREMILLON tourné en 1943, Lumières d'été et par un film de CHRISTIAN-JAQUE tourné en 1945, Sortilèges, Madeleine ROBINSON poursuivra longtemps une carrière riche en réussites, tant au cinéma qu'au théâtre.

    La comédienne d'origine tchèque, dont le véritable patronyme était SVOBODA ce qui signifie Liberté dans sa langue maternelle, était une femme de caractère. Quelqu'un de toujours prête à prendre les décisions qui s'imposaient. Même quand elles impliquaient de devoir mettre un terme à une expérience peu concluante. Interrogée par un média suisse deux ans avant de décéder en 2004, elle reconnaîtra quelques échecs surtout sentimentaux et deux mariages qui seront suivis par deux divorces. L'un avec un comédien, Robert DALBAN en 1946, et le second avec Guillaume AMNESTOY dont elle divorcera en 1950. Avant de devenir la compagne de Jean-Louis JAUBERT dont elle aura une fille, Sophie-Julia. Sa fille près de laquelle elle vivra longtemps puisque Sophie-Julia, atteinte du sida et décédée en 1993, sera un temps hébergée à la Fondation du Levant à Lausanne.

    De Madeleine ROBINSON tout au long des années qu'elle partagera avec Jean-Louis JAUBERT, beaucoup conserveront le souvenir d'une femme délicieuse que l'on apercevra à de multiples reprises au bras du boss des COMPAGNONS DE LA CHANSON. Que ce soit au moment d'un départ en tournée avec le groupe près d'un avion filmée par Guy BOURGUIGNON ou lors d'un spectacle. Comme en septembre 1956, quand elle viendra encourager Jean-Pierre CALVET lors de ses véritables débuts parisiens au Théâtre des Ambassadeurs. 

    « Un bien joli Amour brésilien !Un titre du début : Ukraine... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Février 2016 à 08:42

    bon w d a vs DECALA 

    BRUNO MALLET

    2
    decala
    Samedi 20 Février 2016 à 08:47

    A vous aussi !

    3
    Samedi 20 Février 2016 à 08:55

    MERCI A VS 

    4
    Bruno
    Samedi 20 Février 2016 à 23:05

    Merci à tous....Bruno.

     

      • Lundi 22 Février 2016 à 01:31

        merci a vs 

        BRUNO MALLET 

        BONNE SEMAINE 

        DECALA 

    5
    decala
    Lundi 22 Février 2016 à 07:50

    Merci Claire !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Lundi 22 Février 2016 à 10:26

    de rien DECALA 

    merci pour tt 

    VIVE LES COMPAGNOS DE LA CHANSON

    BRUNO MALLET

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :