• Ferland : A propos de Je reviens chez nous...

    La plus connue de ses chansons, en France du moins, c'est " Je reviens chez nous ". Elle fait partie du folklore et il a vu des gens la chanter sans même savoir qui en était l'auteur.

    Cette chanson a cependant une histoire comme beaucoup d'autres. Elle a été écrite un 24 décembre, un soir de Noël en 1966, dans une chambre d'hôtel à Paris juste en face de Notre-Dame. Une chambre qui lui coûtait à l'époque 15 francs par jour. Vous y êtes ? Oui, en effet, nous parlons bien de Jean-Pierre FERLAND. A ce moment-là, il s'ennuyait de son Québec où il savait qu'il neigeait au même instant. Je reviens chez nous est donc une sorte de lettre d'amour ! En l'écrivant, Jean-Pierre était déjà convaincu que ce titre deviendrait un gros succès parce que cette chanson allait être l'emblème de sa vie. La suite lui donnera raison. En France, elle sera ensuite effectivement jouée par des accordéonistes puis, on le sait, interprétée par les COMPAGNONS de la CHANSON. Nana MOUSKOURI la chantera même en sept langues, c'est dire ! Saviez-vous que les Québécois la chantent dans l'avion quand celui-ci atterrit à Montréal. Inutile de dire que cette chanson a fait la fortune de Jean-Pierre FERLAND. Peut-être aussi parce qu'à l'entendre, la France a mis en place une protection des auteurs assez bien faite.

    Ce qui est curieux c'est que Jean-Pierre l'a écrite à un moment où il voulait quitter notre pays et parce qu'il s'ennuyait du Québec. Il était alors désireux d'aller vers quelque chose de neuf au plan musical. Quelque chose qui lui permettrait de surmonter la déception qui était la sienne parce que l'orientation musicale prise par la France devenue complètement yéyé ne lui convenait plus. Au Québec, CHARLEBOIS faisait alors partie des têtes nouvelles, il se passait quelque chose. Et comme FERLAND avait de plus en plus l'impression qu'il devait évoluer, il s'était dit qu'il lui fallait partir. Or, en France, justement, évoluer lui était impossible, on lui demandait de faire un tube d'été et il était désemparé lui qui n'avait pas la moindre notion de ce que cela pouvait être. 

    Au Québec, tout le monde est d'accord pour dire que Je reviens chez nous a marqué l'histoire de la musique québécoise. Le titre se vend d'ailleurs encore aujourd'hui. On en a vendu 150 000 quand il est sorti, puis, les années suivantes 25 000 par an pendant 30 ans ! Incroyable ! Et lorsqu'il s'agit de grandes fêtes COMPAGNONS de la CHANSON comme en Octobre 2002 à Lyon, lorsque l'on inaugure une place et que l'on rend hommage, qu'entend-on ? Je reviens chez nous... Ce disque lui a permis de toucher un public plus jeune. Contrairement à VIGNEAULT et LECLERC et alors qu'il s'était essayé à suivre les modes musicales sans toujours être compris du public. Jean-Pierre FERLAND a choisi de quitter définitivement la scène, de ne plus chanter... Ce qu'il a confirmé même s'il se dit encore prêt à écrire avec une écriture qui, admet-il, est sa force et aussi... sa faiblesse. On l'a un peu oublié ici mais FERLAND est une des figures de proue de la chanson québécoise au même titre que d'autres comme VIGNEAULT ou Félix LECLERC. Parce qu'il a été chanté cinquante ans durant par des interprètes prestigieux dans le monde entier... 

    « Début des années 60, Bobino... Vous vous rappelez les admirateurs ?Graffiti 50... Ouf l'honneur est sauf ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :