• Il y a quatre ans sortait notre biographie sur les Compagnons...

    0.livre hubert0.livrechristian-2

     

    Le livre d'Hubert Lancelot (photo du haut, à gauche) consacré aux COMPAGNONS DE LA CHANSON a longtemps été l'ouvrage de référence et il l'est resté. Et s'il l'est resté, c'est parce que le côté historique et anecdotique des... quarante-trois années dépeintes par l'historiographe lyonnais (1942-1985) fait souvent place à l'émotion et que j'ai eu l'impression, à ma première lecture, de découvrir un homme au travers d'un message. Un homme qui arrivait pourtant souvent loin derrière les personnalités de Fred MELLA, Jean-Louis JAUBERT, Jean-Pierre CALVET et Jean BROUSSOLLE. Pour ne parler que de ceux dont une majorité d'admirateurs se souvient car les premières années LIEBARD sont aujourd'hui trop loin. Ce que je déplore car lorsqu'on adhère à une telle réussite, on cherche toujours à en connaître les fondements.

    Comme le reconnaissait Christian FOUINAT en 2007 lors du lancement de son projet d'hommage, « ce bouquin d'Hubert, ça vous remue parfois les tripes ». Oui, moi aussi, ce bouquin m'a remué les tripes ! Et c'est rien de le dire ! Dès le départ même ! Ne serait-ce qu'en prenant connaissance des termes de la lettre de Gérard à Hubert, à mon avis l'un des instants les plus poignants et les plus beaux de son livre : « Mes Compagnons, vous me manquez, et je vous écris car en ce moment j'ai besoin de vous moralement, de votre présence invisible, des fils qui se sont tissés entre nous malgré les heurts ou les désaccords, bien dérisoires aujourd'hui... ». A la lecture des premières lignes, j'ai de suite eu le sentiment que la lecture de Nous les Compagnons de la Chanson allait être un grand moment !

     

    J'ai trouvé qu'il y avait dans cet ouvrage à la fois beaucoup de retenue et beaucoup de développements de faits dont on a parlé, mais sans jamais s'y attarder comme Hubert s'y est attardé, revenant avec un peu plus de recul sur ce qui s'était parfois passé entre tous les COMPAGNONS. Il le dit, parlant de ses amis dans les quelques lignes consacrées à la disparition de Guy BOURGUIGNON : « à force de vivre ensemble on ne se voyait plus vraiment, mais Guy, si habituellement obsédé par la maladie ne se plaignait de rien »... Je passerai difficilement sous silence les quelques lignes évoquant le départ de Jean BROUSSOLLE, devenu au fil des années complice d'Hubert et tant d'autres points si joliment développés. Je n'ai eu qu'un regret, une fois la dernière page tournée, c'est l'absence de davantage de précisions quant aux derniers événements ayant par exemple régi la vie de groupe au cours des toutes dernières années. Alors que l'expérience LIEBARD (1941-1946) avait été en revanche abondamment décrite. L'ouvrage conduit par GASTON et publié dès 1986, qui ne devait pas sortir avant celui d'Hubert, aurait-il bouleversé la donne ? C'est possible. Ce qui est sûr, c'est qu'AUBIER et ARCHIMBAUD, les éditeurs de cette première biographie n'ont pas eu le retour qu'ils étaient en droit d'attendre en 1989. C'estr du moins ce que m'a révélé Mimi LANCELOT. Malgré l'émission Sacrée soirée organisée autour de Jean-Pierre FOUCAULT (extrait vidéo ci-dessus) et un lancement pénalisé par l'étrange absence de l'ami des COMPAGNONS DE LA CHANSON, Michel DRUCKER ! Peut-être aussi par la réserve de Fred MELLA qui avouera dans le presse spécialisée ne pas avoir aimé ce livre !

    En novembre 2008, quand la décision a été prise de plancher sur une nouvelle biographie*, beaucoup plus développée et vingt ans plus tard, je l'ai fait après avoir proposé une première rédaction (avant-propos et chapitre 1) à Mimi LANCELOT. C'était juste après l'avoir rencontrée à Cran-Gevrier lors du lancement de I'ouvrage sur les COMPAGNONS DE LA MUSIQUE de Jean-Jacques BLANC et cela m'apparaissait légitime compte tenu qu'il restait encore à ce moment-là un petit stock d'une cinquantaine de pièces qui n'avaient pu être écoulées. Je venais tout juste d'approcher une maison d'édition belge Les éditions de l'Arbre qui avait déjà publié nombre d'ouvrages sur la Chanson française dont un dernier sur Hugues AUFRAY. Ce projet, plaisant à Mimi, elle a, de suite, donné son complet accord avant d'accepter de le préfacer quelques mois plus tard. Elle était enchantée de voir que nous avions avec Christian FOUINAT relaté bien des points qui n'avaient pu être pris en charge en 1989 par les éditeurs de son Hubert, sans doute faute de suffisamment de place sur la maquette retenue. Notamment ces menaces de poursuite de LIEBARD à l'encontre de ses anciens élèves pour s'être rendus coupables en février 1946 sur la personne du très jeune Gérard SABBAT (19 ans 1/2) d'un détournement de mineur. Il était évident qu'une biographie comme celle-là se devait aussi de s'appuyer sur une documentation de tout premier ordre. Cela a été le cas et c'est ce qui fait que les deux réalisations restent complémentaires, l'une détaillant les débuts de l'aventure chez LIEBARD et l'autre invitant les lecteurs à réfléchir à l'après et au défaut d'image dû à un Jean-Louis JAUBERT trop en retrait à partir de 1985. 

    Louis PETRIAC

     

    * Entre mythe et évidences 

    « A propos de Gaston raconte les Compagnons...L'inédit surprise : Une fleur à la main... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :