• La Marie

    T'en fais pas La Marie... j'reviendrai...

     

    Les mots nous manqueraient presque pour souligner la qualité de cette chanson qui a été, un peu, éclipsée par Les trois cloches ! Encore que ce Grand prix du disque de l'Académie Charles CROS obtenu en 1948 par les COMPAGNONS DE LA CHANSON remette quelque peu les choses à leur vraie place, soulignant ce travail d'André GRASSI qui n'a pas eu, lui en qualité d'auteur, la gloire qu'il aurait mérité avoir.

    D'autant que le parcours de cet homme est pour le moins atypique. Né en mars 1911, à Paris, rue de la Lune - ça ne s'invente pas - son père, ramoneur, avait reçu un piano en paiement d'un travail qui vaudra à son gamin de 4 ans de se passionner sans attendre pour cet instrument sur lequel il jouait d'instinct sans connaître le solfège. Appelé à connaître les plus hautes destinées grâce surtout aux encouragements de Paul BRAUD, un second père qui décédera prématurément, André GRASSI devra attendre l'occupation et un job de pianiste dans un cabaret pour faire connaître des dons évidents. Il écrira dès 1946 très discrètement, trop peut-être, quelques succès pour des vedettes comme Colette MARS, Lucienne BOYER, Léo MARJANNE, Armand MESTRAL, Félix LECLERC, André DASSARY, Catherine SAUVAGE, Michèle ARNAUD, René-Louis LAFFORGUE, Philippe CLAY, les FRERES JACQUES, Odette LAURE, Colette RENARD et MOULOUJI. La liste serait longue ! Mais sans jamais faire la une ! Devenu par la suite chef d'orchestre et l'auteur de maints arrangements, il se tournera même en fin de carrière vers l'opérette. Il nous quittera en 1972 de très bonne heure et trop tôt.

    L'extrait vidéo arrangé de main de maître par notre ami Bruno MALLET méritait bien d'être montré ici pour que l'on se souvienne. La Marie sera même enregistrée en anglais devenant en 1951 Sweet Marie pour les Britanniques.

    Gérard SABBAT gardait un autre souvenir impérissable de cette chanson. Avec l'histoire du mouchoir à la fin de cette chanson. "Edith nous avait donné un conseil quand on chantait La Marie, c'était de terminer en agitant un mouchoir ! Pendant la chanson, se souvient-il, Marc disparaissait se cachant derrière les plus grands pour agiter un mouchoir blanc. Une trouvaille qui, à elle seule, contribuera à rehausser un peu plus la qualité d'un titre apporté par André GRASSI qu'il avait au départ écrit pour Edith !"

    « Souhaitons un joyeux anniversaire à Marc, l'homme libre !Que c'est triste Venise... »

  • Commentaires

    1
    Gérard Le Nézet
    Dimanche 10 Mai 2015 à 14:35

    Cette chanson La Marie (de 1951) me rappelle la fête des écoles publiques de Lorient dans le Morbihan ( vers 1955) et des mouvements d'ensemble que l'on appelait Le Lendit (du nom d'une grande foire du Moyen Age) puisque pour un de ces exercices d'ensemble nous avions en musique d'accompagnement cette si belle chanson avec nos chers Compagnons de la Chanson. Je saluerai ici la mémoire de mon prof de gym, Monsieur Guého.

    2
    janine Heitz
    Dimanche 10 Mai 2015 à 18:44

    magnifique chanson, c'est mon enfance !

    3
    Dimanche 10 Mai 2015 à 18:49

    Content que ça vous plaise et que ça vous rappelle plein de choses ! Bonne soirée !

    4
    Gérard Lecygne
    Lundi 11 Mai 2015 à 22:48

    Un grand bravo pour toi Bruno pour cette magnifique illustration vidéo.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :