• Le combat d'Hubert Lancelot pour imposer sa biographie...

    Le combat d'Hubert Lancelot pour imposer sa biographie...Lorsqu'il eut achevé la collecte des données de Nous les Compagnons de la Chanson puis mis la dernière main à des textes que lui réclamait AUBIER et ARCHIMBAUD, Hubert comprit que sa tâche serait plus compliquée que ne l'avait été celle de son partenaire GASTON quelques mois auparavant. Aidé par un éditeur déjà reconnu dans les milieux du show business : Michel LAFON, ce dernier avait bénéficié pour son Gaston raconte les Compagnons d'une excellente couverture médiatique. Ce qui ne sera pas le cas d'Hubert. En dehors d'un Sacrée Soirée et d'une invitation chez Jean-Pierre FOUCAULT, ils seront quelques autres à se défiler. Parmi lesquels Michel DRUCKER. Déjà, serait-on tenté de dire !

    Ce premier ouvrage de GASTON proposé dès la fin 1985 sera effectivement réimprimé à plusieurs reprises en 1986. Sans doute le fait d'avoir été le tout premier des ouvrages consacrés aux COMPAGNONS DE LA CHANSON a-t-il permis au benjamin de l'équipe de compter sur un certain succès de curiosité des admirateurs de l'ensemble.

    Mais ce n'est pas la seule raison. Comme le pensait Hubert, l'excellent numéro populaire des COMPAGNONS DE LA CHANSON n'appartenait-il pas déjà au passé ? C'est également ce qu'avait déclaré en substance à un média son épouse Mimi au moment de leurs adieux, quatre ans plus tôt. LES FRERES JACQUES auraient eu pour eux, disait-on, de flatter davantage le côté intellectuel en recherchant des textes à défaut de compositions mélodieuses, mais les COMPAGNONS ? Un constat sévère ! Mais qu'aurait-il donc fallu faire pour faire tomber de telles réticences ? Rester fidèle aux toutes premières orientations définies à la Villa du Point-du-Jour sans jamais aller vers une extension du rôle d'un soliste au sein d'un tel ensemble ? Et se passer ensuite de la voix et du timbre exceptionnel de Fred MELLA, l'une des plus belles voix de la Chanson française ?

    A ce jour, aucune réponse n'est intervenue qui expliquerait ce couac. Malgré le fait, bien plus tard, que l'ouvrage autobiographique de Fred MELLA : Mes maîtres enchanteurs se soit vendu bien mieux chez FLAMMARION.

    « N'oubliez pas ma chanson...Pour retrouver nos derniers articles... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    janine Heitz
    Dimanche 17 Janvier 2016 à 09:43

    Dommage pour le livre de Hubert qui méritait beaucoup mieux. Je crois maintenant avoir tous les livres concernant les Compagnons. Je les ai vus une seule fois sur scène à Besançon. Tous ces livres m'ont permis de bien les connaître, c'était passionnant. Bonne journée

    2
    Dimanche 17 Janvier 2016 à 09:50

    Bonjour Janine ! Hélas pour lui Hubert a payé aussi les pots cassés de la mésentente entre ceux de derrière et ceux de devant. Bon dimanche à vous !

    3
    Monique
    Dimanche 17 Janvier 2016 à 16:33

    Bonjour Louis; j'ai depuis longtemps le livre d'Hubert qui est en bonne place . Je découvre toujours quelque chose sur nos amis. Hubert était une personne charmante et pour avoir eu l'occasion de le rencontrer, quelqu'un de super gentil. On n'empêchera jamais que certains aient une plus "grosse tête". Leur succès durant tant d'années était bien dû à une équipe. Bonne soirée Louis 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Dimanche 17 Janvier 2016 à 16:46

    Tout à fait d'accord avec vous Monique ! Bonne soirée à vous aussi !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :