• Les trois cloches... à propos d'une création et d'un prétendu auteur

    A propos des Trois cloches...Lors d'une conversation téléphonique avec Allbert URFER en personne, qui remonterait à la fin des années soixante, au cours d'une émission radiophonique suisse romande où les auditeurs pouvaient dialoguer librement avec l'invité, est apparue une donnée ignorée de beaucoup.

    Il s'avèrerait en effet que Les trois cloches dont on prête les paroles à GILLES JEAN VILARD lui serait due. Alors quoi, les deux hommes étaient-ils ensemble dans ce petit cimetière sur la tombe du dénommé Nicot ? Albert URFER, aurait-il osé mentir lors de cet échange téléphonique avec un auditeur de la radio sachant que l'émission était diffusée en direct sur les ondes et qu'un tel parjure aurait pu ruiner sa carrière et mettre fin à une relation qu'il continuait d'entretenir avec GILLES ? Pire, il n'y a jamais eu de démenti formel à cette assertion. De l'avis d'une grande majorité d'amateurs et même de chroniqueurs spécialisés, on continue à nommer GILLES comme auteur-compositeur de ce succès mondial, car son nom à lui est plus connu que celui de son comparse. Il est hélas peu probable que la radio suisse romande ait conservé l'enregistrement de cette émission dans ses archives. Mais, si c'était le cas, cela vaudrait sans doute la peine de creuser un peu la chose... D'autant que GILLES nous a, depuis, quittés.

    Dans un précédent article, nous nous étions procurés une version (extrait ci-dessous) peu connue des Trois cloches où l'on percevait une seconde voix qui serait justement celle de ce Albert URFER.

    Mais qui est Albert URFER ? On a retrouvé très peu de choses à propos de lui sinon qu'il a joué, très tôt, du piano tout en s'intéressant à l'art choral. Mobilisé pendant la guerre, il a ensuite dirigé un petit orchestre militaire. De 1945 à 1951, il jouait à Genève et même, parfois, à l'étranger. De 1953 à 1956, il part à Paris travailler l'art dramatique, jouant pour le théâtre, le cinéma, la télévision et revient en Suisse se produire au Centre dramatique romand. C'est surtout en tant que partenaire et accompagnateur du chansonnier GILLES dit Jean VILLARD durant 25 ans, qu'Albert URFER s'est fait connaître. Une de leurs chansons fétiche est Le Bonheur

    S'il est établi qu'URFER a pris la relève d'Edith BURGER en 1948 dans ce cabaret à Lausanne, il se peut très bien qu'il ait fait "un boeuf" avec GILLES deux ans plus tôt lors de la visite d'Edith PIAF et d'Odette LAURE. D'autant que le texte était prêt depuis quelque temps déjà puisqu'on dit aussi qu'il aurait été écrit en 1939. Que de mystères donc autour de ces Trois cloches !

     

     

    « Yves Joly, le formateur de Guy BourguignonJean Broussolle rendant hommage à Sacha Distel »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :