• Mai 1946... Les Compagnons sont engagés pour la Folle de revue !

    Mai 1946... Les Compagnons sont engagés pour la Folle de revue !

    Mai 1946... Les Compagnons sont engagés pour la Folle de revue !Le Roumain Mitty GOLDIN (ci-contre) est l'un des premiers à avoir cru au talent des jeunes COMPAGNONS DE LA CHANSON qu'il avait découverts en avril 1944 à la Comédie Française. Encore COMPAGNONS DE LA MUSIQUE, six d'entre eux y étaient venus avec leur mentor Louis LIEBARD  répondant à l'invitation du comédien Louis SEIGNER de la Comédie Française. Ils y avaient donné une représentation donnée au profit des enfants des Cheminots. Fred MELLA dans Mes maîtres enchanteurs paru chez Flammarion en 2006 revient sur cette rencontre et sur l'attente qui en était née, malgré une première prestation donnée au Gaumont le 27 mars qui n'avait pas été à la hauteur des espoirs du directeur de l'ABC. Mais GOLDIN, avait malgré tout compris, qu'il venait de rencontrer une bande de jeunes gens hors du commun et que la prestation difficile qui lui avait valu de les auditionner au Gaumont serait sans aucun doute suivie d'un bien meilleur résultat ! La suite des événements lui donnera raison puisqu'ils seront repérés par l'ensemble des chroniqueurs présents à la Comédie Française le 5 avril d'après.

    Le directeur de l'ABC à Paris, leur proposera donc au tout début de leur carrière, dès le mois de février 1946, un contrat qu'ils n'étaient pas encore en mesure de refuser à l'époque. Ce qu'ils regretteront par la suite, car ce contrat à honorer à partir de mai les astreignait à jouer dans une comédie un peu désopilante créée par le comédien Pierre DESTAILLES et le chansonnier Robert ROCCA et mise en scène par PASQUALI : La folle de revue. Un spectacle en deux actes comprenant un certain nombre de sketches qu'Hubert LANCELOT trouvait d'une pauvreté affligeante. Seulement, en février 1946, après avoir quitté LIEBARD, il leur fallait manger et leur rencontre avec Edith PIAF ne leur avait pas encore permis de voir venir. Surtout à la veille de partir avec elle en Alsace pour la tournée LA FONTAINE et de l'aventure des Trois cloches. Un spectacle de Mitty GOLDIN que la presse n'encensera d'ailleurs pas et qui contraindra les jeunes COMPAGNONS DE LA CHANSON à interpréter des rôles loin de leurs compétences habituelles. Notamment une scène dans laquelle il leur fallait parodier les nains de Blanche Neige et que Guy BOURGUIGNON, avec son mètre quatre-vint dix avait eu toutes les peines à singer. Grâce à Edith, ils auront néanmoins la possibilité de ne pas honorer ce contrat jusqu'à son terme et l'affaire en restera là, sans que GOLDIN ne leur en veuille.

    Mitty GOLDIN "le Monsieur ABC" était-il un visionnaire ? C'est possible et il l'avait démontré avec Edith PIAF avant guerre. Mais, si l'homme avait à coeur de rechercher tout ce qui était très vite susceptible de constituer une attraction, ce ne sera hélas pas le cas avec La folle de revue.

    Mitty GOLDIN est décédé en 1956 et la salle de l'ABC (ci-dessous) est quelque temps plus tard (1964) devenue sur les grands boulevards une salle de cinéma. 

     

    « A bout portant... Laissez la magie Compagnons opérer !La mauvaise farce de Platine magazine... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :