• Paul Buissonneau est décédé !

    Capxturef-copie-1

    Avec Piaf, à droite de la photo, juste devant Jean Albert... Paul Buissonneau

     

    Alors que le Québec est en deuil à la suite de la disparition de Paul BUISSONNEAU, il n'est peut-être pas inutile de revenir sur le passage au sein des COMPAGNONS DE LA CHANSON de celui qui est longtemps resté le P'tit Paul. Un surnom que lui avait donné Edith PIAF au moment où le groupe s'apprêtait à enregistrer Les trois cloches dans un vieil entrepôt du XIIIème arrondissement avec les moyens du bord. Christian FOUINAT et Louis PETRIAC reviennent dans leur biographie sur cette journée de juillet qui avait nécessité plusieurs prises avant de pouvoir parvenir à graver le 78 tours de l'un des premiers grands succès du groupe. Il est vrai qu'en ce début d’été 1946, chacun se demandait encore, avant l'arrivée de Paul, comment allait être enfin résolu le dilemme posé par le remplacement de Jean DRIANT qui n'était resté Compagnon que quelques semaines. C'est grâce aux conseils d'un certain René LAMOUREUX, ancien COMPAGNON DE LA MUSIQUE qui connaissait bien celui dont il va être question, que le nom de Paul BUISSONNEAU sera pressenti pour intégrer l'ensemble.

    Buissonneau-de-nos-jours.jpgNé en 1924, une veille de Noël, dans un quartier pauvre de Paris, d’abord présenté comme un gentil garçon étourdi et rêveur peu attiré par l’école, avec une créativité à tout instant au bord de l’explosion, il était impossible d'imaginer que, sous une apparence famélique, puisse se cacher le caractère bien trempé d'un homme, caractère qui n’éclatera que quelques années plus tard. Au moment de son entrevue avec JAUBERT et HERRAND, ce qui était sûr en tout cas, c'est que l'intéressé n'aspirait qu'à être mieux qu'il ne l'avait jamais été durant une enfance où, privé très jeune de sa mère Andréa et de son père trop tôt disparu, il devait trouver de quoi faire bouillir la marmite de la maisonnée. Et ce dont il avait fini par se persuader, c'est que cette entrée chez les COMPAGNONS DE LA CHANSON c'était l'assurance, pour lui, de faire quelque chose d'un peu plus passionnant que ce qu'il avait envisagé tout d'abord faire en cet été 1946. Ne serait-ce qu'avec cette implication dans la chanson animée et les nombreux sketches figurant au répertoire d'un ensemble dont on commençait à parler de' plus en plus grâce à l'entregent d'Edith !

    A l’issue d’une audition qui passe toujours pour avoir été l’une des plus brèves de la Chanson française, les choses avaient été très vite ! Une audition pour le moins originale menée à la terrasse parisienne d'un café dont doit encore se souvenir notre maestro de coeur : Marc HERRAND Le parcours de l’inconnu qu’était encore Paul en ce début d’été avait même de quoi surprendre s’il ne s’agissait pas de passion et de ce qu’elle peut suggérer chez certains de ceux qui n’ont pas été particulièrement gâtés par l’existence. Et l'ami Paul faisait partie de ceux-là car on ne peut pas dire qu'il avait été gâté par dame Chance ! Alors, entrer chez les COMPAGNONS DE LA CHANSON, n'était-ce finalement pas là synonyme pour lui de vengeance sur le sort ? Allez savoir... Sans qu’il se soit demandé un seul instant s’il était vraiment l’homme de la situation et s’il avait envie de devenir ce que l’on attendait qu’il devienne, Paul y était allé, lui qui n’aspirait pourtant qu’à devenir comédien, metteur en scène ou créateur après avoir tâté du mime ! « A mon entrée chez les Compagnons, avait-il souligné lorsque Louis PETRIAC l'avait eu au téléphone au moment de la sortie de Entre mythe et évidences, j’avais déjà des connaissances de régisseur de théâtre et d’homme de spectacle ! J’avais acquis quelques connaissances en m’intéressant aux Comédiens Routiers de CHANCEREL !... » Tout comme Guy BOURGUIGNON, serait-on tentés de préciser. Et c'est justement là que l'histoire étonne avec ces deux hommes qui étaient faits pour être des complices et qui finiront par s'opposer… Paul deviendra d’ailleurs lui-même metteur en scène quelques années plus tard au Canada, et quel metteur en scène ! Avec ce Théâtre de Quat'sous qui restera comme une prodigieuse réussite !

     

    « Adieu P'tit Paul, adieu !Paul Buissonneau parlait de sa roulotte... (vidéo) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :