•  

    Mars 1987... Fred Mella rechantait en Belgique, en solo !

    Un article paru dans LA DERNIERE HEURE en Belgique et que nous devons à notre ami belge Gilbert DONCQ qui avait créé la première association COMPAGNONS DE LA CHANSON en Belgique ! Il date du début mars 1987 et cela fait aujourd'hui quasiment trente ans ! Après avoir chanté avec les COMPAGNONS pendant quasiment quarante ans, un peu plus même si l'on intègre les années COMPAGNONS DE LA MUSIQUE, Fred MELLA poursuivait une carrière en solo.  


    votre commentaire
  • Ginette Baudin et Thérèse Laporte, les disparues de Minnie Moustache

    Elles étaient deux, deux que les plus âgés d'entre nous ne peuvent avoir oubliées ! La Québécoise Thérèse LAPORTE et l'actrice confirmée Ginette BAUDIN faisaient effectivement partie de la troupe de Minnie Moustache, l'opérette de Jean BROUSSOLLE et de Georges VAN PARYS ! L'une, Thérèse, chevauchant un petit âne gris grimée en squaw avec une magnifique plume dans les cheveux (photo ci-dessus) et l'autre, Ginette, en jouant les tenancières de saloon !

    Ginette Baudin et Thérèse Laporte, les disparues de Minnie MoustacheEn décembre 1956, Ginette BAUDIN (en photo ci-contre)  n'était déjà plus une débutante car l'épouse du comédien ANDREX avait joué dans trois films dont on avait beaucoup parlé : Macao l'enfer du jeu de Jean DELANNOY en 1940, Le plus joli pêché du monde de Gilles GRANGIER en 1951 et Uniformes et grandes manœuvres, un film de René LE HENAFF (1950) dans lequel elle avait tourné aux côtés de FERNANDEL. Avant de s'orienter ensuite vers l'opérette. Ce n'était guère surprenant dans la mesure où elle avait fait partie plus jeune de l'école de danse du Châtelet et qu'elle s'était illustrée dans une tournée de MISTINGUETT. Ce qui l'a servi, c'est qu'elle avait déjà participé au moment du lancement de Minnie Moustache à d'autres productions aux côtés, notamment, de Luis MARIANO et de Carmen SEVILLA. La maturité rayonnante de cette splendide actrice de 35 ans avait été convaincante et, puisque le scénario imposait de trouver une tenancière de saloon pétillante, il n'avait guère fallu longtemps à l'équipe de production et à André HORNEZ qui avait déjà eu recours à elle pour s'arrêter sur le ravissant minois de Ginette. Ses compétences multiples lui vaudront ensuite bien d'autres engagements, tant au cinéma qu'au théâtre. On la verra ainsi dans une pièce de la série télévisée de Pierre SABBAGH Au théâtre ce soir : Treize à table où elle retrouvera Robert MANUEL, le metteur en scène de Minnie Moustache ! Ginette nous a hélas quittés en 1971 terrassée par un cancer du foie, elle n'avait que 51 ans.

    Ginette Baudin et Thérèse Laporte, les disparues de Minnie Moustache 

    Pour Thérèse LAPORTE, tout était parti différemment. Apprenant le violon au pensionnat Notre-Dame des Anges de Saint-Laurent au Canada, elle s'appuyait à 24 ans sur une carrière qui l'avait amenée au début des années cinquante à solliciter du gouvernement de son pays une bourse lui permettant d'aller étudier le chant et l'opérette à Paris. Sans se douter que cela l'amènerait à intégrer quatre ans plus tard l'équipe de Minnie Moustache et à chanter Si tu veux avec le soliste des COMPAGNONS DE LA CHANSON Fred MELLA, juchée sur un petit âne gris ! Ce qui a dû enchanter les Canadiens ! Une prestation que les médias souligneront en présentant Thérèse LAPORTE comme une interprète gracieuse, débordante de spontanéité et de naturel ; tour à tour naïve et fine, mariant sans apprêt à un soprano délicieux la magie évocatrice du geste ! Ce qui l'incitera, revenue dans son pays en 1966, à se tourner vers la chanson. Dernièrement, nous avons pu retrouver un extrait qui vous permettra de réentendre la délicieuse voix de Thérèse !

     


    votre commentaire
  • L'arc-en-ciel d'un quart d'heure par Fred MellaFred MELLA chantant du BRASSENS... à la CHANCE AUX CHANSONS de Pascal SEVRAN. Uniquement pour les aficionados ! Un extrait vidéo qui nous a été apporté par notre ami Pierre MICHAUD que nous remercions.

    Fred avait raconté au micro de l'Oreille en coin sur FRANCE INTER de quelle façon cette chanson était arrivée jusqu'à lui peu de temps après le décès de son ami BRASSENS par l'intermédiaire de PUPPCHEN, la compagne de ce dernier. Encore sous la forme d'une poésie que le soliste des COMPAGNONS avait trouvée magnifique, il avait aussitôt demandé à son autre ami Charles AZNAVOUR de lui en écrire la musique.

    A noter que Georges ne l'avait jamais chanté et qu'il avait écrit ce texte en déplorant l'oubli dont finissent par être victimes ceux qui disparaissent. Qu'ils soient devenus célèbres ou non. Du prémonitoire ! Comme s'il avait craint pour ses amis COMPAGNONS DE LA CHANSON ce qui leur est arrivé depuis qu'ils ont cessé de fréquenter les scènes du monde entier !

     

    Animation Flash


    votre commentaire
  • C'est banal, j'ai appris l'art vocal,
    au temps où je chantais à la chorale,
    c'était bien et quand je m'en souviens,
    j'entend encore l'abbé, nous diriger.
    (parlé : Bonjour monsieur l'abbé)
    Y'avait, Léon qui était basse hé-las il chevrotait
    y' avait aussi le p'tit Riton qui était baryton
    Jean-Loup était ténor léger, j'étais n'importe quoi
    et mad'moiselle le Grafouillot elle était soprano.
    C'est normal, j'ai appris l'art vocal au temps où je chantais à la chorale,
    et c'est vrai que pour des amateurs,
    on y mettait du coeur dans notre choeur.

     

    L'un des sketches à contre-emploi mis au point en 1975 par GASTON : La chorale et créé par André POPP qui nous a quittés l'an passé et Jean-Claude MASSOULIER. Un morceau qui aura suscité bien des créations comme celle de Jean-Loup34 dont le graphisme se laisse voir et auquel nous avions consacré un article voici déjà quelques années.

    Une création sur laquelle revient GASTON dans son Gaston raconte les Compagnons. Pour ceux qui ne sont pas au faite de l'affaire, figurez-vous qu'au départ ce n'était pas GASTON qui devait revêtir la soutane ! Ni même Gérard malgré des études au Séminaire ! Mais le grand Jo FRACHON qui avait même été jusqu'à faire des essais vestimentaires avant de se raviser et de demander à GASTON d'endosser lui-même l'habit ecclésiastique !


    2 commentaires
  • Champs-Elysées 28 février 1987... Il chantera désormais en solo !C'est ce soir-là, Samedi 28 février 1987, il y a vingt-neuf ans, en regardant le Champs Elysées de DRUCKER sur Antenne 2 que nous avons appris que Fred MELLA (Photo Jean Boekholt) avait décidé de se tourner vers une carrière en solo après quelques mois d'une retraite difficile à supporter. Mais quand la passion et la sensation d'avoir encore à vivre quelques moments exceptionnels viennent s'en mêler, il est parfois difficile de résister !

    Dans l'article paru dans un magazine people, Fred revient sur les premières passes d'une nouvelle carrière qui lui vaudront d'étrenner quelques nouvelles créations et de parler de ses nouveaux projets. Nous avions du reste déjà consacré pour toutes ses admiratrices restées nombreuses un article sur ce qui lui paraissait essentiel dans l'existence.

    Ce serait a priori son vieil ami Charles AZNAVOUR, venu à son secours à la fin de l'année 1986, qui l'avait alors décidé à "reprendre goût à la vie" après quelques mois de golf et de peinture et un ennui trop pénible à supporter. C'est à ce moment-là que sont nées le coeur d'un homme et cette magnifique interprétation dont notre ami Daniel SAURFELD a réalisé une vidéo. Au passage l'une des préférées des internautes depuis sa création à l'automne 2007 sur Dailymotion, Mes fidélités ou plus exactement Les copains :
     


    Mes Fidélités par verclaud


    Et depuis, il faut bien avouer que plus d'une vingtaine de nouvelles années de contact avec le public se sont ajoutées à l'exercice quelque quarante-deux années de COMPAGNON de la MUSIQUE et de COMPAGNON de la CHANSON ! Nous avons réalisé pour vous une version PDF de l'article people ci-dessous paru en mars 1987 que vous pourrez mieux visionner et éditer en cliquant sur ce lien.


    5 commentaires
  • Jean Lefebvre, l'ami de Jean Broussolle et des CompagnonsLes comédiens ont été, on le sait, quelques-uns à être proches des COMPAGNONS DE LA CHANSON, parmi lesquels Roland GIRAUD, Darry COWL, BOURVIL, Jacqueline MAILLAN, Maurice BIRAUD ou encore Lino VENTURA. Et parmi ceux que nous ne devons pas oublier figure aussi un certain Jean LEFEBVRE, celui dont son ami Lino disait qu'il avait "un regard triste de cocker". Il était, au départ, l'un des copains de toutes les premières années difficiles vécues par Jean BROUSSOLLE. A un moment où, bien avant d'en devenir l'une des composantes essentielles de l'ensemble, notre trompettiste de charme exerçait son talent à Paris au Quartier Latin. Alors que LEFEBVRE fréquentait lui le Conservatoire de Paris.  

    Rien d'extraordinaire donc, lorsqu'il s'est agi de recruter des comédiens et des figurants pour Minnie Moustache, qu'on ait pu retrouver le Valenciennois parmi eux. Surtout dans une création de Jean BROUSSOLLE ! Sans pour autant que notre sympathique cocker ait reconnu que leur amitié avait prévalu dans cette sélection. Sachant aussi que les deux Jean étaient, l'un et l'autre, des mordus de cheval et d'équitation, il n'y aurait rien eu là de vraiment surprenant. A défaut d'être couronnée d'un grand succès selon Jean LEFEBVRE, une fantastique expérience que cette Minnie Moustache ! Avec, indiscutablement, quelques belles mélodies supplémentaires (LEFEBVRE avec un collier est avec les Compagnons ci-dessous) dont cette chanson de Thérèse LAPORTE ! 

    Dans un ouvrage* publié en 1992 chez Michel LAFON, Jean LEFEBVRE revient sur les soirées qui les auront vus tous ensemble prendre un peu de bon temps après un spectacle. Avec quelques copains du Conservatoire, nous formions, dit-il, une sacrée bande ! Il raconte aussi comment Jean BROUSSOLLE et quelques autres étaient heureux à la fin des années quarante de pouvoir compter sur un gîte, lorsque le comédien acceptait de leur prêter la chambre dont il disposait place Clichy et que lui louait une logeuse éprise de musique. Il fallait bien que jeunesse se passe !

    Avec Jean BROUSSOLLE, il arrivera aux deux passionnés du monde équestre de se retrouver au milieu des chevaux en Camargue dans les années soixante-dix.

    * Pourquoi ça n'arrive qu'à moi, Carrère et Michel Lafon éditions, 1992

    Jean Lefebvre, l'ami de Jean Broussolle et des Compagnons


    2 commentaires
  • Du nouveau avec en projet un nouvel ouvrage...

    Du nouveau avec en projet un nouvel ouvrage...La décision a été prise le 24 février dernier ! Un nouvel ouvrage, déjà en préparation depuis la fin de l'année passée, devrait pouvoir vous être proposé à l'automne prochain par Christian FOUINAT (à gauche) et Louis PETRIAC (à droite) ! Selon toute vraisemblance au mois de novembre autour de Jean-Pierre CALVET et de Jean BROUSSOLLE, le duo magique des COMPAGNONS DE LA CHANSON ! Pour que l'on en sache un peu plus sur ces deux hommes auxquels la Chanson française et nombre d'auteurs doivent tant de choses. Deux hommes qui, comme d'autres, auront disparu de notre univers dans les années 80, sans que l'on revienne jamais sur ce qu'avait été leur magnifique contribution.

    Nous reparlerons fréquemment de cette publication en cours d'élaboration et de façonnage. Pour que vous en appreniez un peu plus sur ce qui est déjà plus qu'un projet car la maquette a bien avancé ! En témoigne la première de couverture de cet ouvrage (reproduction ci-contre) due à notre ami Michel YVANNE qui est également un passionné des COMPAGNONS DE CHANSON que certains d'entre vous connaissent déjà pour être souvent intervenu aux côtés de Claude VERRIER sur le site musical de ce dernier dans les années 2008/2009. 

    Sachez que l'ouvrage conçu en grand format 24 X 17 comptera un certain nombre de reproductions couleur, et qu'il devrait au moins compter 280 pages sinon davantage. L'AFNIL vient d'attribuer à cette publication le n° ISBN 978-2-918296-40-9.


    5 commentaires
  • A propos de leurs premières femmes...

    Un article très people du début des années soixante qui n'a sûrement pas été conçu par un biographe ou un chroniqueur spécialisé et que nous devons à Valérie BROUSSOLLE ! Attention, vous n'y trouverez pas les épouses ou les dernières compagnes de nos artistes préférés. Nous pensons notamment à Josepha CASSEZ. De toutes ces épouses de nos amis COMPAGNONS DE LA CHANSON qui figurent à leurs côtés, certaines ont disparu suivant ou précédant leurs hommes et d'autres sont toujours parmi nous, ce dont nous nous félicitons. Encore qu'on y a à peu près tout mélangé dans les affirmations ! Mais on devine bien ce qui importait pour cette presse à scandales, surtout habituée aux révélations qui n'en n'étaient pas et au scabreux ! Un précédent article avait déjà évoqué le domaine !

    Un visage a cependant attiré davantage notre attention, celui de la première épouse de Jean-Louis JAUBERT, Martine qui apparaissait, c'est vrai, très rarement en sa compagnie. Alors qu'on avait souvent vu notre Lolo aux bras de la comédienne Madeleine ROBINSON. Martine aurait cependant accouché d'une petite Perrine, mais sans que nous ayons pu savoir ce qu'elle est devenue depuis. C'est en mai 2013, après l'hospitalisation de Jean-Louis en gériatrie que nous avions eu un contact avec Perrine aujourd'hui installée aux Etats-Unis.  Même chose pour Hélène, la première épouse de Jean-Pierre, maman de Stéphane et de Sandra CALVET qui avait failli se fâcher avec la Russie au cours d'un voyage cauchemar entrepris en 1964 en URSS par les COMPAGNONS. Pour avoir été privée de son passeport et n'avoir pu regagner la France alors qu'elle était mécontente de l'accueil des Moscovites. Un très mauvais souvenir que cet accueil moscovite dont nous a également parlé Mimi, l'épouse d'Hubert.

     


    votre commentaire
  • Voici une chanson magnifique qui n'était jamais interprétée sur scène et que peu d'entre vous connaîtront. Enregistrée en 1973, elle fait beaucoup penser aux chansons du répertoire de la deuxième époque avec Guy BOURGUIGNON et Jean BROUSSOLLE en moins. Due à Gérard BOURGEOIS et à Jean-Pierre CALVET, ce n'est pas étonnant qu'on y retrouve un style propre à Jean-Pierre, notre petit Marchand de bonheur ! Mais déjà avec un thème plus réfléchi qui donnait à penser que notre Baladin provençal avait commencé à penser à l'après COMPAGNONS ! 


    votre commentaire
  •  

    Quand la mer monte a été écrite par Jean-Claude DARNAL en 1968 pour Raoul de GODEWARSVELDE. Raoul, de son vrai nom Francis Albert Victor DELBARRE, est un chanteur français né en 1928 à Lille et décédé le 14 avril 1977. Très vite, sa forte stature (1 m 92 pour 120 kg) et sa voix grave et rocailleuse feront de lui la vedette d'un groupe, Les Capenoules.

    Il choisira alors le pseudonyme de Raoul de GODEWARSVELDE, Godewaersvelde étant un petit village des Flandres au nord de Lille. Bien que né dans la Lille de l'hinterland, il était très attaché à la mer et surtout à la pêche. Il avait acheté une maison au Cap Gris-Nez et avait troqué son zodiac contre un flobart. Son amour de la mer se caractérisait également par une casquette de pêcheur qu'il ne quittait que très rarement. Il fréquentait notamment au Cap Gris-Nez, trois grandes personnalités locales : Léonce, le propriétaire de l’Hôtel-Restaurant du Cap Gris-Nez, Henri Beaugrand, le gardien du phare poète à ses heures, et bien sûr Jean-Claude DARNAL. Ce dernier écrira pour lui sa chanson la plus célèbre Quand la mer monte. Elle se vendra à 150 000 exemplaires. Une chanson qui évoque la vie de marin pêcheur au Cap Gris-Nez et l'estaminet de Léonce. Jean BROUSSOLLE en a fait l'arrangement pour les COMPAGNONS DE LA CHANSON, qui, sur scène, devenaient des loups de mer avec casquettes et bouffardes, le temps de l'interprétation de la chanson.

    Cliquez sur ce lien pour voir les paroles :

    1.quand la mer...


    votre commentaire