• A propos de Jean-Louis Jaubert, l'éternel boss des Compagnons...

        140) Jean-Louis 85 ans 

    Jean-Louis en 2005. Il avait accepté de dîner avec quelques admirateurs des Compagnons...

     

    Lorsqu'il s'est retrouvé au Désert d'Entremont chargé, avec Guy BOURGUIGNON, de distraire les quelques jeunes recrutés par JEUNESSE ET MONTAGNE, un chantier de jeunesse, Louis JACOB n'imaginait pas un seul instant que les deux hommes tisseraient ensuite un tel lien d'amitié. D'abord au sein des COMPAGNONS DE LA MUSIQUE à Lyon chez les LIEBARD à partir de 1943 puis, ensuite, en créant avec Marc HERRAND les COMPAGNONS DE LA CHANSON cinq ans plus tard.  

    Soucieux d'échapper aux persécutions nazies et au port de l'étoile jaune, Jean-Louis JAUBERT a dans un premier temps dû quitter l'Alsace où il était né, et partir sur les routes à la recherche d'un peu de quiétude. Signe terrible du destin, les nazis et leurs comparses miliciens, il les retrouvera à Lyon puisque le tortionnaire Klaus BARBIE "travaillait à ses oeuvres" à quelques hectomètres de la villa du Point du Jour en compagnie du sinistre Paul TOUVIER. Un souvenir mêlé d'émotion lui restera longtemps lorsque, se rappelant de leur visite chez LIEBARD, il racontera avec quel aplomb il avait éconduit la police allemande en se faisant passer pour un ami du dénommé Louis JACOB. Un homme dont il n'avait plus de nouvelles. Comme le racontent Christian FOUINAT et Louis PETRIAC dans leur biographie : "On ne saura jamais ce qui a fait que les deux hommes en imperméable noir se soient contentés de cette affirmation et qu'ils n'aient pas insisté, partant en grommelant ? Devait-il remercier ses camarades témoins de la scène de n'avoir point sourcillé à l'écoute de ce terrible mensonge auquel Jean-Louis doit d'être resté en vie ?" Puis, en février, à Villeurbanne, il y aura cette nouvelle rencontre avec Edith PIAF. Un jour que Lolo JACOB alias Jean-Louis avait prévu de dîner avec la petite Mireille COUTELEN et son nouvel amoureux Hubert LANCELOT avant de choisir de laisser seuls les deux jeunes gens.

    Kim Novak 02Edith, Jean-Louis l'avait entre'aperçue deux ans plus tôt à la Comédie Française lors d'un gala donné au profit des Cheminots et, à l'idée de lui vendre un partenariat avec ses amis les COMPAGNONS, les deux artistes avaient aussitôt sympathisé autour d'un dîner. Personne ne sait s'ils n'avaient pas déjà, ce soir-là, jeté d'autres bases à cette entente et s'ils n'avaient pas croqué la pomme... Ce qu'on sait en revanche, c'est que, passé ces retrouvailles, Edith prendra en affection les jeunes gens encore au nombre de huit ! Mais, après avoir choisi de mettre un terme à sa love story avec Yves MONTAND, n'était-elle pas libre de tout engagement ? Sacré destin que celui de Jean-Louis, l'éternel séducteur qui ne jouissait pourtant pas d'une cote de faveur auprès de toutes celles qui gravitaient autour des COMPAGNONS DE LA CHANSON. L'ancienne ouvreuse des FOLIES BELLEVILLE, Régine REYNE, se demandait même ce que les femmes pouvaient trouver à cet homme que son long nez faisait ressemble de profil à un rapace. Ce qui n'empêchera pas le futur boss de séduire quantité de femmes parmi lesquelles Madeleine ROBINSON et l'actrice Kim NOVAK (en photo ci-contre) qu'on avait baptisée du nom de "Madonne des sleeping". Tout simplement parce que durant la tournée américaine des COMPAGNONS DE LA CHANSON aux Etats-Unis en 1954, les amoureux se retrouvaient souvent dans un wagon-lit pour donner libre cours à leurs ébats !     

    « Un jeu amusant proposé par... Claude Verrier !Un endroit qui devait continuer à vibrer, un demi-siècle plus tard... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :