• En cette fin 1956, Jean-Pierre CALVET venait de rejoindre les COMPAGNONS DE LA CHANSON et aux Etats-Unis, un crooner du nom d'Eddie FISHER se taillait un succès considérable avec une chanson de Bon BARRON et de Burt LONG, Cindy. Et cet Eddie-là, surtout connu pour avoir tombé des stars comme Elisabeth TAYLOR, l'inoubliable Cléopâtre, ou Debbie REYNOLDS, et être apparu dans des films restés célèbres comme Soudain l'été dernier de Joseph MANKIEWICZ, il avait de la ressource.

    Il n'en fallait pas plus pour que ce tube interprété aux States par d'autres pointures comme Perry COMO - il le sera même cinq ans plus tard par les BEACH BOYS - ne trouve pas en France un écho. Grâce aussi, soulignons-le à une adaptation parfaite du parolier Jacques LARUE qui, quelques mois plus tard, l'apportera aux COMPAGNONS DE LA CHANSON. Bon, c'est vrai que l'interprétation de Fred MELLA n'a rien à envier à celle d'Eddie FISHER... Si vous ne la connaissiez pas, en cliquant sur le lien, vous en découvrirez un aperçu sur le site Deezer.

     


    votre commentaire
  • C'est assez rare que l'on parle des COMPAGNONS DE LA CHANSON à la télé... Aussi ne boudons pas notre plaisir ! Bon, c'est vrai que c'était à un peu plus de 0 heure du matin dans le cadre d'une émission de Marc-Olivier FOGIEL : Le divan. Une prestation qui voit le très médiatique Marco remplacer désormais Henry CHAPIER. Et, cette nuit-là, il y avait... Roland GIRAUD et toute une vie d'artiste passée en revue. De ses réussites au drame qui l'a affecté et à ses passions, parmi lesquelles... les COMPAGNONS DE LA CHANSON !

    Un passage que notre ami Pierre MICHAUD n'a pu s'empêcher d'enregistrer ! Pour notre plus grand plaisir évidemment ! Vous y verrez Roland GIRAUD pousser la note aux côtés de Fred MELLA dans une autre émission qui date également un peu, mais... Notez qu'il s'était déjà montré à son avantage chez Isabelle GIORDANO, l'une des anciennes miss Cinéma du PAF, en compagnie de son épouse, de sa fille et d'un ami de la famille... l'un des fils de Guy BOURGUIGNON, Jacky ou Jaki avec lequel nous nous étions longuement entretenu durant l'été 2013 et la préparation du portrait consacré à son père que Roland avait du reste préfacé !


    1 commentaire
  • L'Ours et Perrine : les acquis de l'époque Liébard...

    L'Ours avait valu aux COMPAGNONS DE LA CHANSON lors de leur première représentation aux Etats-Unis et à New York, au Play House Theater, un véritable triomphe. Et pour cause, cette satire d'un ours dirigeant tout un village avait bougrement plu aux Yankees. L'autre raison, et Hubert LANCELOT le laisse sous-entendre dans son ouvrage, c'est que l'ours était censé à cette époque représenter l'ennemi du moment, à savoir le Soviétique et on caricaturait souvent STALINE en le transformant en ours. L'extrait vidéo réalisé par Claude VERRIER (à voir ci-dessous) vous donnera un aperçu de ce spectacle où le talent de nos amis les COMPAGNONS éclate majestueusement. Il vous permettra aussi de vous replonger dans l'atmosphère du chemin de Champvert à Lyon. Et nous pouvons vous dire qu'elle transparaît dans cet extrait vidéo. A l'époque de sa première interprétation au Foyer du Point du Jour, l'autre succès de l'époque : Perrine était servante voyait douze garçons bondissant sur la scène accompagnés de trois filles (Marianne CHASSOT, Yvette PERCHE et Régine ARIUSSO). On disait déjà d'eux à l'époque qu'en dansant, en chantant et en mimant, les COMPAGNONS DE LA MUSIQUE de LIEBARD s'amusaient sur scène...

    A l'occasion de Perrine était servante, un autre sketch des premières années, vous reverrez avec plaisir notre ami Gérard SABBAT dans ce qui a été "sa plus belle grimace". La coupure de presse qui suit le souligne d'ailleurs et beaucoup sont de cet avis... Certes, le succès de cette chanson folklorique a longtemps tenu à la façon dont elle était interprétée par les COMPAGNONS DE LA CHANSON, d'abord au sein de l'équipe LIEBARD, puis ensuite lorsqu'ils ont volé de leurs propres ailes en faisant appel au talent et aux clowneries de Gérard SABBAT et... de Jean ALBERT dont on oublie trop souvent la qualité de la prestation dans Perrine. On notera pour l'occasion qu'une version nouvelle et bien moins travaillée de la chanson a été proposée voici quelques années par l'une des prêtresses des tout-petits : DOROTHEE. Mais on était loin du compte !

     
    undefined  


    votre commentaire
  •     1ere Couv Guy Bourguignon

    Nous n'avions pu suffisamment évoquer cet ouvrage à l'automne 2013 faute de suffisamment de chroniqueurs sur ce site. Il est vrai que cet ouvrage consacré à l'un des COMPAGNONS DE LA CHANSON de la première heure, apporte beaucoup d'éléments nouveaux qui aident à comprendre le cheminement de cet homme hors du commun qu'était Guy BOURGUIGNON.

    Car, que savait-on de lui avant que l'on entreprenne cette enquête à Tulle ? Qu'il y était né, oui, c'est vrai. Mais sans pour autant savoir qu'il y avait passé toute son enfance et qu'il avait quitté la métropole corrézienne au sortir de l'adolescence pour gagner Périgueux après un court séjour dans le nord. Afin de suivre son père nommé un temps directeur de l'agence du Crédit Lyonnais de Périgueux. L'homme parlait peu et beaucoup de ceux qui le côtoyaient ont pu compléter utilement ce qu'ils savaient de lui. Cette parenthèse de marionnettiste évoquée, si elle était connue n'avait cependant pas été développée. Peut-être aussi parce qu'on n'imaginait mal Guy se livrer à une telle activité alors qu'il était déjà pénétré de passion pour le cinéma. Pas plus qu'on imaginait Guy déjà absorbé par ses fonctions de régisseur au sein des Compagnons se livrer parallèlement à une activité de prise de vues. Ce qu'il fera, autant pour la plus grande joie du magazine CINQ COLONNES A LA UNE que pour Irène CHAGNEAU la productrice d'une émission culte de l'ancienne RTF : Voyage sans Passeport. Un film réalisé en Israël aurait également été tourné.

    portrait-guy-bourguignon.jpgCet ouvrage a été rendu possible grâce à l'aide apportée par la fille* de l'un des copains d'école de Guy en Corrèze, le futur pharmacien Jean-Marie VERGNE. En acceptant d'ouvrir ses archives personnelles, elle nous aura permis de travailler sur des documents et d'enrichir incontestablement ce que nous savions de l'homme. Complétée par les apports de l'un de ses deux fils : l'aîné Jacques ou Jaki qui nous aura mis en relation avec le comédien Roland GIRAUD et quelques Tullistes, cette enquête à Tulle répond à beaucoup de questions que l'on se posait sur un homme disparu prématurément en décembre 1969. Les deux hommes s'étaient connus à Périgueux au Lycée Bertran de Born où, admiratifs des COMPAGNONS DE LA CHANSON, ils avaient créé un groupe : les Baladins.

    Ce n'est donc pas un hasard si ce document a été préfacé par Roland GIRAUD qui, avec des termes très élogieux, rend hommage à un homme grâce auquel, écrit-il dans ces quelques lignes de préface, il aura découvert la scène et sans doute une idée du travail bien fait.

     

    GUY BOURGUIGNON, le Compagnon de la Chanson périgourdin, L. PETRIAC, ISBN n°  978-2-918296-24-9

     

    * Véronique BILLARD 

     


    1 commentaire
  • Brésil... Un des reportages de Guy BourguignonGuy BOURGUIGNON, beaucoup le savent, était un reporter émérite et il avait réalisé quantité de films. Dont celui-ci tourné en 1958 lors d'un voyage des COMPAGNONS DE LA CHANSON au Brésil qui sera diffusé sur notre 1ère chaîne de télévision en 1959 dans le cadre d'un Voyage sans passeport d'Irène CHAGNEAU et de Solange PETER. Des films qui s'ajoutent à ce : 40.000 km avec les Compagnons de la Chanson que Marianne-Mélodie avait un temps projeté de sortir sous la forme d'un DVD.

    Cette enquête sur les Gauchos brésiliens du Rio grande, leurs goûts culinaires particuliers et leur mode de vie est passionnante. Tout autant que l'était celle consacrée aux transports à Rio. Deux films qui montrent quel était le talent de cet homme qu'était Guy, ancien montreur de marionnettes au début des années quarante qui était devenu l'un des spécialistes de la mise en place des nombreux sketches créés par Jean BROUSSOLLE.


    2 commentaires
  • Entrez dans la magie Compagnons !

    Entrez dans la magie Compagnons !Entrez dans la magie Compagnons !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Point n'est besoin de revenir sur la magie qui émanait d'un ensemble qui aura représenté la Chanson française pendant quasiment quarante ans ! Un ensemble auquel avaient rendu hommage leurs admirateurs en 2007 sous la direction de Christian FOUINAT. C'est cette magie que nous avons voulu comprendre en rencontrant ces dernières années plusieurs témoins essentiels qui avaient oeuvré à la destinée des COMPAGNONS DE LA CHANSON et ceux qui les avaient longtemps suivis, nous voulons parler de leurs plus proches admirateurs. Tous, à leur manière, et parfois même de l'étranger (Belgique et Suisse), nous ont permis de décrypter cet environnement et, en premier lieu, Marc HERRAND qui de Strasbourg n'a pas hésité en juin 2007 à mettre à notre disposition ce qu'il avait conservé de sa formidable aventure avec les COMPAGNONS DE LA CHANSON pour lesquels il avait réalisé en juillet 1946 Les trois cloches. Marc HERRAND auquel nous avons du reste consacré un ouvrage au début de l'été dernier. Juste avant qu'il ne perde, hélas, son épouse, la grande Yvette GIRAUD qui avait préfacé une biographie que nous avions réalisée en mai 2011. 

    C'est cette formidable épopée que nous vous invitons à partager en acquérant à "un prix découverte" les trois derniers ouvrages qui ont été consacrés en 2013 et 2014 à des hommes dont certains sont hélas décédés trop tôt. Comme Guy BOURGUIGNON disparu en décembre 1969 et décédé d'un cancer à l'estomac. Il avait été l'un des piliers de la fondation du groupe en février 1946 avec Marc HERRAND que Louis PETRIAC a retrouvé une fois encore à Strasbourg l'an passé.

    Au moment où leur soliste Fred MELLA vient de fêter ses... 92 ans, et en limitant votre dépense à 65 € (frais de port inclus) vous aurez ainsi l'occasion de découvrir les rouages d'un ensemble qui aura charmé trois générations d'admirateurs durant quarante ans. Sans aucun doute, une offre à ne pas négliger. Ne serait-ce que pour en savoir un peu plus et satisfaire votre curiosité ou, qui sait, pour faire un très beau cadeau à vos aînés ! Une offre valable jusqu'au 15 mai prochain !  


    1 commentaire
  • L'offre de pré-vente arrive à son terme le... 31 mai prochain !

    L'offre de pré-vente arrive à son terme le... 31 mai prochain !Pour nous permettre de mieux agencer notre prochaine publication que vient de préfacer Fred MELLA, nous allons être contraints ce 30 avril de mettre un terme à notre offre de pré-vente lancée au début du mois de mars dernier. Nous disons bien à notre offre de pré-vente et non au projet de publication lui-même ! Parce que nous avons déjà une idée assez précise du nombre de ceux qui, moins nombreux que ceux que nous escomptions, se sont manifestés et qui ont montré leur attachement à cette initiative. Et, permettez-nous de dire ici qu'ils ne seront pas déçus lorsqu'ils feuilleteront ce magnifique hommage à deux hommes qui auront beaucoup compté chez les COMPAGNONS DE LA CHANSON et auxquels nous devons quelques merveilles ! 

    Si vous étiez vous aussi intéressés par cet ouvrage et que vous ne nous avez pas encore adressé votre réservation, tranquillisez-vous, vous aurez toujours la possibilité de retenir notre ouvrage à partir du début mai au prix public de 26 € avec un port qui sera majoré de 1 euro à 7 €. Soit à nous adresser pour les réservations France un règlement de 33 € au lieu de 30 €. Ce qui n'est pas dissuasif, vous en conviendrez. C'est le prix d'un travail de plus de trois cents pages abondamment illustré ! Un conseil cependant, n'attendez pas trop pour le faire de façon à ce que nous puissions inclure votre réservation dans le nombre d'ouvrages que nous ferons préparer et qui sera nettement inférieur à celui sur lequel nous aurions pu nous appuyer si vous vous étiez manifestés en plus grand nombre et si nous avions été en mesure de financer un stock assez conséquent. Ce qui n'exclura pas les réimpressions ultérieures si du moins les circonstances s'y prêtent.

    Christian FOUINAT et Louis PETRIAC 


    votre commentaire
  • Encore une chanson magnifique de la première époque des COMPAGNONS DE LA CHANSON ! Due pour l'adaptation d'une mélodie venue de l'est et signée Alec SINIAVINE au talent de Henri CONTET, l'un des complices de la grande Edith PIAF !


    1 commentaire
  • Que c'est triste VeniseL'une des plus jolies mélodies de Charles AZNAVOUR qui aura mis en musique un texte magnifique certes empreint de tristesse de Madame Françoise DORIN (en photo ci-contre), devenue au fil des années un partenaire incontournable des COMPAGNONS DE LA CHANSON ! Rappelons en effet que l'épouse du comédien Jean PIAT avait commenté pour le magazine CINQ COLONNES A LA UNE le reportage de Guy BOURGUIGNON : 40 000 km avec les Compagnons de la Chanson et qu'elle était déjà l'auteure de cette Costa Brava qui est restée dans toutes les têtes ! Un reportage qui devait d'ailleurs sortir à l'automne 2014 chez Marianne-Mélodie dans la foulée du premier DVD mais, hélas, et pas que chez nous, le manque de soutien manifeste et trop peu de DVD achetés auront été préjudiciables à cette entreprise ! Ce que nous ne pouvons que regretter.

    Avec son époux, Françoise DORIN continue de jouer au théâtre. Un exemple qui montre que la passion ne tue pas car ils ont tous les deux plus de 90 ans ! Bravo à tous les deux !


    votre commentaire
  • Était-ce un gondolier ou un chanteur des rues ?
    Celui qui la chantait, je ne m'en souviens plus
    Mais la chanson parlait de bonheur
    Et de fleurs

    Io tu e le rose
    Io tu e l'amore
    Et toi et moi quelque part en Italie...

     

    Io tu e le rose...Les COMPAGNONS DE LA CHANSON l'avaient présentée en 1967 au Festival de San Remo en Italie. Durant ce festival, une autre artiste l'interprétera Orietta BERTI. La chanson s'y classera d'ailleurs première. Cette édition du festival sera endeuillée par la disparition du jeune poulain et amoureux de DALIDA : Luigi TENCO qui, déçu de ne pas avoir obtenu une reconnaissance pour Cia amore se suicidera (1) dans sa chambre d'hôtel. 

    Une de leurs chansons qui aurait mérité bien mieux que le parcours qu'elle aura accompli ! Le titre apparaîtra sur le super 45 tours de "C'est ma chanson". Un microsillon dont nous nous sommes inspirés pour la couverture lors de la sortie de la biographie : Entre mythe et évidences publiée en mai 2011.

    (1) Certains chroniqueurs iront jusqu'à parler d'homicide.

     


    votre commentaire