• La der des der au Pavillon Balthard de Nogent...La der des der au Pavillon Balthard de Nogent...La der des der au Pavillon Balthard de Nogent...La der des der au Pavillon Balthard de Nogent...La der des der au Pavillon Balthard de Nogent...La der des der au Pavillon Balthard de Nogent...

    La der des der au Pavillon Balthard de Nogent...

    Drôle de Saint Valentin que celle de ce 14 février 1985 ! Ce jour-là, personne ne se serait imaginé que l'on n'allait plus les revoir ! Après tout, cette tournée d'adieu qui s'était prolongée quasiment cinq années durant, cela signifiait peut-être que les COMPAGNONS DE LA CHANSON avaient décidé que rien, finale-ment, ne pressait. Malgré l'absence de plus en plus pesante de Jean-Pierre CALVET, le petit Marchand de bonheur et quelques lassitudes, n'y avait-il pas encore de beaux restes ? Et Fred MELLA ne chantait-il pas toujours aussi bien malgré cette alerte cardiaque trois ans auparavant ? D'ailleurs, à les observer lors de leur arrivée à cette dernière représentation donnée au Pavillon Baltard à Nogent-sur-Marne (photos du haut), à l'exclusion de Paul MERY, l'ancien du groupe de Raymond LEFEVRE, il aurait vraiment fallu avoir un œil de lynx pour deviner ce qu'il se préparait et que les dés étaient, cette fois-ci, jetés. Que ç'en était fini de trente-neuf années d'une carrière prodigieuse !

    Gérard SABBAT (ci-dessous) en reparlait encore avant de nous quitter en février 2013... "Nous ne l'avions dit à personne, même à la fin de la représentation", reconnaît-il et le secret était donc bien gardé ! Chacun pouvait donc s'imaginer ce soir-là que cette tournée d'adieu allait pouvoir se poursuivre encore un peu... Hélas pour les admirateurs les plus fidèles qui en seront quitte pour attendre octobre 2002 et dix-sept ans 1/2 pour les revoir !...*

    * Bien qu'une pose de plaque sur la maison de la rue de Champvert ait eu lieu également à Lyon en Juin 1990 devant quelques dizaines de Lyonnais privilégiés.

     


    1 commentaire

  • Les Compagnons de la chanson-Le coeur en fête par msyg

     

    Début des années soixante-dix : Guy s'en est allé et Jean, qui a décidément eu beaucoup de mal à poursuivre sa tâche sans lui, va bientôt les quitter. Mais les COMPAGNONS DE LA CHANSON continuent à avoir Le cœur en fête ! Parce qu'ils aimaient énormément ce qu'ils faisaient ainsi que le public qui le leur rendait bien.

    Un air bien entraînant dû à André POPP, l'ami fidèle de Jean BROUSSOLLE qui nous a quittés l'an dernier et Jean-Claude MASSOULIER qui sera souvent entonné dès sa sortie au début de l'année 1970 !


    3 commentaires
  • 9-gar--ons-jaquette.JPG

    Chacun le sait à présent, le véritable lancement de la carrière des COMPAGNONS DE LA CHANSON a eu lieu lors de la première tournée américaine d'Octobre 1947 entreprise avec Edith PIAF et à laquelle nous avons déjà consacrée quelques articles...
    Chacun sait peut-être aussi qu'au départ l'impresario CLIFFORD FISCHER ne voulait pas des Compagnons et que seule Edith l'intéressait... Par la suite, il en fut tout autrement puisque les relations perdurèrent au point que le film tourné par nos amis avant leur départ pour les Etats-Unis : 9 garçons... un coeur incita un producteur français : Robert TARCALI, Directeur Général d'ASTRA PARIS FILMS à faire une offre à Monsieur CLIFFORD FISCHER en vue de la production de ce film aux Etats-Unis.
    Véritable trésor pour les collectionneurs, une copie du document de la proposition d'ASTRA PARIS FILMS vous est proposée ici sous la forme de deux pages que vous trouverez l'une à la suite de l'autre. Elle donne une idée, non seulement de l'âpreté des discussions entre les parties en présence, mais aussi des prix en vigueur à l'époque. On était encore loin des cachets mirobolants des stars oscarisées de l'époque...


    9-gar--ons-page1.jpg


    9-gar--ons-page2.jpg


    votre commentaire
  • Encore une très belle réalisation tirée de l'opérette Minnie Moustache qui reste pourtant loin du succès que cette chanson aurait pu obtenir !

    Rappelons que Minnie Moustache a été écrite par Jean BROUSSOLLE sur un livret musical de Georges VAN PARYS et que l'opérette avait été donnée à la Gaieté Lyrique à la fin de l'automne 1956.


    2 commentaires
  • Dites-moi qui (bande de film)Peu s'en souviennent et pourtant la chanson constituait la bande d'un film : On est toujours trop bon avec les femmes. Enregistrée à l'été 1971, ce Dites-moi qui est dû au talent de notre Inspecteur des impôts préféré : Pierre DELANOE et au jazzman Claude BOLLING, auteur de la musique du film.

    Pour les cinéphiles, ajoutons que Jean-Pierre MARIELLE, Elisabeth WIENER, Roger CAREL, Claude BROSSET et Robert DHERY s'étaient illustrés dans ce film de Michel BOISROND tiré d'un roman de Raymond QUENEAU publié en 1947 sous le nom de Sally MARA. Un roman coquin narrant sur un ton humoristique la sanglante insurrection Irlandaise de Pâques 1916 à Dublin...

    C'est du moins de cette façon que l'on avait présenté cette fresque.


    3 commentaires
  • Le coeur en bandoulière et l'apport de Tchaïkowsky...Lors de la diffusion de l'extrait ci-dessus sur la page Facebook des Amis des Compagnons, le frère de Jean : Jacques BROUSSOLLE a apporté une précision intéressante à propos de ce Cœur en bandoulière. Ce succès des années Polydor a en effet été écrit par Jean en hommage à leurs parents qui s'étaient rencontrés pendant la guerre 1914-18 et qui avaient été éloignés l'un de l'autre durant le conflit.

    Mais, ce qu'on ignorait jusqu'alors et cela n'a pas échappé à notre ami Jean-Pierre dit La Denrée, l'analyste de notre petit groupe d'admirateurs, c'est que la musique de ce Cœur en bandoulière d'un dénommé R. MAXWELL a, un moment, puisé son inspiration dans le Capriccio italien, opus 45 de Piotr TCHAIKOWSKY. Pour vous en convaincre, écoutez donc l'extrait ci-dessous à partir de la 8ème minute ! Il serait étonnant que vous ne reconnaissiez pas, vous aussi, pendant une vingtaine se secondes un des passages de la chanson.

    Bon, vous nous direz que ce n'est pas la première fois que le classique vole au secours de la variété et l'emprunt a savamment été opéré !

      


    2 commentaires
  •  

    L'une des plus belles transcriptions d'un succès latino que cet Enfant aux cymbales ! Découvert un peu plus en 1958 par les COMPAGNONS DE LA CHANSON lors d'une tournée, le Brésil et Rio auront contribué à importer quantité de mélodies cariocas.

    L'enfant aux cymbales...

     


    2 commentaires
  • Hava Nagila (Dansons mon amour)Cette chanson de Sid DANOFF adaptée en français par Charles AZNAVOUR aura fait le tour du monde, tant son succès a été grand ! Les COMPAGNONS DE LA CHANSON l'enregistreront en 1959.

    Mais peut-être n'est-il pas inutile de préciser que cette version de Sid DANOFF puis de Charles AZNAVOUR pour la version française s'est inspirée d'une mélodie qui avait été jouée, en 1918, par un certain AZ IDELSOHN afin de commémorer la défaite des Turcs par l'armée britannique. Ce Hava Nagila serait donc une sorte de remake... Ce qui ne l'empêche pas d'être devenu depuis en Israël une chanson folklorique dont le titre en hébreu signifie "réjouissons-nous".

    En dehors des COMPAGNONS DE LA CHANSON, ils seront quelques autres artistes à l'interpréter dès la fin des années cinquante parmi lesquels Dario MORENO, DALIDA, Harry BELAFONTE et Rika ZARAI (ci-contre).


    votre commentaire
  • Reviens vers nous, Marie jolie, Marie la blonde...

     

    Autre excellent travail, celui réalisé par notre ami de la page Facebook des COMPAGNONS, Bruno MALLET avec cet extrait consacré à la chanson Marie-Joconde qui avait créée par Alain BARRIERE avant d'être reprise par les COMPAGNONS DE LA CHANSON. 


    votre commentaire
  • Des images indissociables de ce qu'était alors une vie belle ! Accompagnées par le timbre sans défaut de Fred MELLA ! Dans nos villes comme dans nos campagnes ! Nos campagnes où se dressait parfois le chapiteau de l'ami DAVOUDJAN en vue du prochain spectacle des COMPAGNONS DE LA CHANSON.

    Cette chanson due à Jean BROUSSOLLE avait vu le jour en 1963.


    votre commentaire